la documentation de summilux.net

Sommaire > Série R > Boîtiers Leica Reflex > Leica R7

Leica R7

(1992-1997) - 4e génération des reflex à obturateur électronique

jeudi 11 août 2005, par coignet

LE LEICA R7, ULTIME REFLEX ÉLECTRONIQUE COMPACT AVANT LE R8

Commercialisé en 1992, le Leica R7 est le dernier reflex à obturateur électromagnétique compact sur la base du boîtier R4 de 1980. Il est donc le plus élaboré de la série R4 à R7, qui a compté aussi deux boîtiers mécaniques, les R6 et R6-2.

Il reprend les fonctions principales du R5, avec un équipement plus complet, et offre une ergonomie légèrement repensée, et quelques nouvelles fonctions.

Une mise à jour du Leica R5

On peut considérer le R7 comme une mise à jour du Leica R5. Il en reprend les principales caractéristiques, comme l’analyse de la lumière suivant deux modes, commune à tous les reflex Leica depuis le R5, l’obturateur à lamelles métalliques à défilement vertical, dont la vitesse d’obturation la plus élevée est le 1/2000e de seconde, ainsi que la mesure TTL au flash.

Amélioration de l’ergonomie et de l’équipement

Les principaux signes extérieurs visibles de l’évolution sont en partie empruntés au R6 de 1997 : le barillet des vitesse est surélevé, le rendant plus maniable en mode manuel, et un mécanisme de relevage du miroir est maintenant disponible, par l’intermédiaire d’un filetage analogue à celui des déclencheurs souples, installé derrière la platine porte-objectif, près du retardateur électronique de déclenchement.
Un nouveau levier d’armement, plus massif, et un nouveau compteur de vue, sont adoptés pour ce nouveau boîtier. Ils seront aussi installés sur le R6-2 pendant la production de ce dernier.
Extérieurement, on remarque encore une semelle nettement épaissie, qui fait prendre au nouveau boîtier un léger embonpoint par rapport aux autres appareils de la série : 5,7 mm de plus en hauteur. On pourra aussi noter que la référence à la norme DIN pour l’affichage des sensibilité des films a été supprimée.

La gamme de vitesses pouvant être formées en mode manuel est augmentée, et les 1s, 2s, et 4s sont présentes sur le barillet des vitesses. On dispose également par l’intermédiaire du barillet, d’une possibilité de mettre le boîtier sur une position "off" pour éviter la mise sous tension ou le déclenchement accidentels.

Des fonctionnalités améliorées

Les fonctionnalités de base connues sur les R4 et R5 ont été maintenues et améliorées.
Le R7 reprend les cinq modes de fonctionnement du R5, comprenant un mode manuel, automatique avec priorité au diaphragme, avec mesure sélective de la lumière, ou mesure intégrale, automatique avec priorité à la vitesse, et programme.
C’est avec l’œil dans le viseur, que les plus importantes nouveautés du Leica R7 se découvrent. L’électronique est entièrement repensée, et les principales données de l’exposition sont maintenant regroupées au bas de l’image de visée, et affichées par diodes, à l’exception du diaphragme, dont l’affichage conserve le dispositif optique de lecture directe sur l’objectif, ou se lit sur la droite de l’image de visée en mode automatique avec priorité à la vitesse ainsi qu’en mode programme.
La luminosité de l’affichage des données s’adapte automatiquement à la lumière ambiante.
En mode manuel, une balance lumineuse par diodes a été ajoutée, rendant le travail plus "intuitif".
La plage de mesure de la lumière a été augmentée d’un IL vers les basses lumière, permettant maintenant des mesures de l’IL +2 à +20 en mesure sélective, et de l’IL 0 à +20 en mesure intégrale.
À l’ouverture du dos, on découvre de nouveaux contacts dans le logement de la cartouche de film, le R7 disposant du codage DX de la sensibilité.

Une gestion avancée du flash

Par l’intermédiaire des systèmes SCA 300 et 500, avec adaptateurs SCA 351 ou 551, de nouvelles fonctionnalités ont été apportée à la gestion TTL de l’exposition au flash. Suivant les programmes utilisés, l’éclair du flash peut être utilisé comme éclairage principal, ou comme éclairage d’appoint, même en mode programme, le microprocesseur du boîtier présidant alors au choix de la puissance de l’éclair en fonction de la lumière ambiante. Le flash peut ainsi être utilisé en mode de mesure TTL avec le programme d’automatisme avec priorité à la vitesse.

Utiliser le R7 aujourd’hui

Pour qui recherche un boîtier reflex Leica compact électronique de haut niveau, le R7 est incontestablement le plus perfectionné de la gamme.
Le travail en mode manuel a été très amélioré par rapports aux boîtiers électroniques R précédents, par l’introduction d’une balance lumineuse par diodes dans le viseur, ainsi que par l’adoption du barillet des vitesses surélevé repris du R6.
Dans les modes automatiques, l’adoption d’un nouvel affichage dans le viseur, et du codage DX, apporte de réelles améliorations.
Le R7 est plus complet que ses prédécesseurs les R4 et R5, et il est l’alternative la plus récente à la série suivante, constituée par les R8 et R9.
Il faut avoir présent à l’esprit que ce type de boîtier n’a plus de succcesseur et n’évolue plus, alors que les R8 et R9 viennent de se voir adjoindre un dos numérique, le DMR.

Il a été produit environ 30000 Leica R7, depuis le numéro de série 1908501 jusqu’au numéro 2282400.
Il a été remplacé en 1997 par le Leica R8, plus volumineux, mais aussi plus avancé.

Caractéristiques techniques

Châssis en aluminium moulé sous pression.
Capot supérieur en zinc moulé sous pression, chromé ou anodisé noir.
Semelle en laiton, chromée ou anodisée noir.

Poids : 670 g
L x H x ép. : 138,5 mm x 94,8 mm x 62,2 mm.

Mise en route du posemètre : par légère pression sur le déclencheur, temporisation de 10 s.

Méthode de mesure : sélective sur un cercle central de 7 mm, ou intégrale, mode affiché dans le viseur

Gamme de couplage : à 100 ISO, EV 2 à 20 en mesure sélective, EV 0 à 20 en mesure intégrale.

Modes fonctionnels :

  • manuel
  • automatique avec priorité à l’ouverture, mesure sélective
  • automatique avec priorité à l’ouverture, mesure intégrale
  • automatique programmé variable
  • automatique avec priorité à la vitesse, mesure intégrale

Correction d’exposition : + ou - 3 EV

Course pour l’armement : 130°.

Obturateur : à commande électromagnétique, à lamelles métalliques à défilement vertical.
En mode manuel : Pose B, temps de pose de 4 s à 1/2000 s
En mode automatique : temps de pose de 16 s à 1/2000 s, en continu.
Synchro X :1/100 s.

Levier de profondeur de champ, retardateur, relevage du miroir par adaptateur dans un filetage sur la chambre de visée.

Verres de visée : cinq verres interchangeables.

Flash : contacts flash en façade, et contact pour sabot de flash normalisé (dédié spécialement au système Metz par l’intermédiaire des adaptateurs 351 et 551). Mesure TTL adaptée aux différents programmes. Synchronisation à 1/100 de seconde.

Alimentation : quatre piles 1,5 volts type SR44, dans la semelle.

Moteurs : tous les R7 sont motorisables, winder 2 images/seconde, moteur 4 images seconde, poignée de maintien spécifique au Leica R7, accessoires identiques à ceux des autres R

Les photographies illustrant cet article sont de jeb et rederon.


Voir en ligne : Chercher des images faites au R7