Vos conseils pour la Streetphotographie

Cyclimse
    Re: Vos conseils pour la Streetphotographie
Avatar de l’utilisateur
Régulier
Messages : 167
Depuis le 20 sep 2018
Lille
Une petite interview (en anglais uniquement) du décrié Gilden, mais très intéressante quand il parle de comment il en est venu à la photo et à sa technique :
https://www.youtube.com/watch?v=_pnVLkTohlo

Ensuite, après plusieurs mois de pratique maintenant, même si les manifestations publiques permettent plus facilement la prise de vue, j'ose personnellement beaucoup plus de prendre des photos sur le vif, "sauvages". L'aisance technique, et avec l'appareil, vient et appuie une démarche beaucoup plus naturelle du photographe qui évite de se cacher et qui photographie au vu et su de tous son sujet. Bien entendu, j'ai essuyé (mais très rarement) des remarques depuis, mais j'ai aussi pris du recul sur ma pratique et je l'ordonne de manière beaucoup plus décontractée, notamment quand je suis "en chasse". Il y a des moments où il faut sentir ses sujets, où il ne faut pas photographier, c'est de l'ordre du sensoriel, et il y en a d'autres où un sourire, un regard complice, permettent de développer une magie qui, avec un peu de chance, transparaitra sur la prise finale.
Ces sessions dans des villes inconnues sont un régal pour moi.
MonsieurHarold
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 3120
Depuis le 30 juin 2009
Paris
Hello !

Très intéressant comme fil/sujet : sortir un peu des discussions classiques genre "Street Photography : Comment faire de l'hyperfocale ?" à "C'est quoi votre approche ? / Pourquoi je fais des photos dans la vie".
Merci d'avoir lancé le sujet.

Perso, j'ai énormément regardé de vidéos sur internet : Meyerowitz, Gilden, Eric Kim, etc...
Gilden m'a pas mal amusé "Shut the fuck up ! Keep walking !" même si je suis un peu (beaucoup) d'accord avec Meyerowitz : c'est très (trop) agressif.

La street photography m'a beaucoup porté, pendant longtemps.
J'y ai cherché plein de choses : le challenge, la confrontation, la position de photographe...

J'ai beaucoup essayé, fait beaucoup d'images.
J'ai longtemps chercher le "bon moment", la "grâce" de la vie de tous les jours.

J'ai shooté loin




J'ai shooté près




Des gens






Du rien


Du carré


A l'étranger




Beaucoup à l'étranger


Au final, je me rends compte que j'ai shooté partout où je suis allé et que mes meilleures images sont loin d'être celles faites les jours où "j'allais faire des images" mais celles des jours où j'y pensais pas, celles qui suivent le coeur, celles qui arrivent au moment où la technique est acquise et c'est mon coeur qui dicte le mouvement... Clac : la photo est là.

Je crois qu'au fond "street photography" est un terme mal foutu. On devrait dire "Photographie de la vie", "Photographie de tous les jours"...
"+1" de la part de : arnaudL, Dedalus, JOEL, Laurentß, Piga, Poulin52, Turtlewits, Yorda
Poulin52
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 189
Depuis le 20 juil 2018
Haute Marne
MonsieurHarold a écrit :
Hello !

Très intéressant comme fil/sujet : sortir un peu des discussions classiques genre "Street Photography : Comment faire de l'hyperfocale ?" à "C'est quoi votre approche ? / Pourquoi je fais des photos dans la vie".
Merci d'avoir lancé le sujet.

Perso, j'ai énormément regardé de vidéos sur internet : Meyerowitz, Gilden, Eric Kim, etc...
Gilden m'a pas mal amusé "Shut the fuck up ! Keep walking !" même si je suis un peu (beaucoup) d'accord avec Meyerowitz : c'est très (trop) agressif.

La street photography m'a beaucoup porté, pendant longtemps.
J'y ai cherché plein de choses : le challenge, la confrontation, la position de photographe...

J'ai beaucoup essayé, fait beaucoup d'images.
J'ai longtemps chercher le "bon moment", la "grâce" de la vie de tous les jours.


Au final, je me rends compte que j'ai shooté partout où je suis allé et que mes meilleures images sont loin d'être celles faites les jours où "j'allais faire des images" mais celles des jours où j'y pensais pas, celles qui suivent le coeur, celles qui arrivent au moment où la technique est acquise et c'est mon coeur qui dicte le mouvement... Clac : la photo est là.

Je crois qu'au fond "street photography" est un terme mal foutu. On devrait dire "Photographie de la vie", "Photographie de tous les jours"...


Tout a fait d'accord avec ta définition de Photographie de la vie !
--Romain--
--LEICA M // SUMMILUX 50mm F1.4 //SUMMICRON 35mm --
Cyclimse
    Re: Vos conseils pour la Streetphotographie
Avatar de l’utilisateur
Régulier
Messages : 167
Depuis le 20 sep 2018
Lille
Bonjour à tous,

Pour ceux qui ne le savent pas ou ne l'ont pas vu dans la section idoine, j'ai commencé la publication avec deux photographes d'un fanzine dédié à l'argentique. Sur le site de ce fanzine gratuit, j'ai publié un court article à l'instant concernant un documentaire de Gilbert Duclos (photographe de rue québécois ayant eu des problèmes avec la justice pour une photo) qui mérite d'être vu, non seulement par nous tous, photographes, mais par tout le reste de la société.
Vous le trouverez sur youtube ou au bas du post suivant :
https://lappatdugrain.wixsite.com/home/ ... vid%C3%A9o
Nous vivons une époque dangereuse et étouffante dont le sens du rationnel se fait de plus en plus absent de mon point de vue. Bon visionnage.
"+1" de la part de : Piga
gégé67
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 1094
Depuis le 12 juil 2014
Strasbourg
Merci pour cet excellent reportage qui m'attriste par cette malheureuse évolution de mentalité et privera les futures générations de la vision actuelle de notre époque.
JOEL
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 2903
Depuis le 14 déc 2013
meurthe et moselle
J'ai exposé cette année avec ma fille dans une ville que j'ai habité ,photographie de gens dans la rue ,des gens se reconnaisse ,apprécie et me remercie
Les gens qui s'offusquent ,cela existe depuis toujours .Il serait heureux de rappeler a ces personnes qu'elles sont filmées en permanence ,photographiées pour la pseudo sécurité,photographiées par des portables a tout de champs,et bientôt par les drones ,moi je continue a photographier
la vie quotidienne
j ai pour me séparer du jugement des autres,toute la distance qui me sépare de moi .Antonin.Artaud
thierry h
Spécialiste
Messages : 2152
Depuis le 20 déc 2014
amboise
gégé67 a écrit :
Merci pour cet excellent reportage qui m'attriste par cette malheureuse évolution de mentalité et privera les futures générations de la vision actuelle de notre époque.

passionnant merci Gégé
rax
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 2531
Depuis le 27 juin 2015
Lille
Drôle d'époque !

Dans le même temps, je rentre de vacances où j'ai constaté une évolution des habitudes photographiques : les lieux "intéressants" deviennent de véritables spots photographiques où des files d'instagramers se forment. Il faut quasiment prendre son ticket comme à la boucherie et attendre son tour. Ainsi, j'avais lu que sur mon lieu de vacances il y avait un pont qui avançait dans la mer et que sous le pont, les piliers et le fracas des vagues créaient une jolie ambiance... Je m'y suis donc rendu : oh surprise, je n'étais pas le seul à avoir eu le filon, il fallait patienter dans une file... Un Asiatique prenait sa copine en photo tout en lui donnant la main (style de photo archi-vu sur Instagram), tandis que le précédant photographe ayant laissé sa place "hashtaguait" déjà son image !

Super ce fanzine, au passage, Cyclimse !!!
Wolf49
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 1050
Depuis le 23 sep 2012
Paris
Vous allez me jeter des pierres.
Je ne fais pas de photographie de personnes inconnues dans la rue sans leur expresse autorisation, sauf dans le cas de paysages où elles se trouvent par hasard.
Et encore, je les laisse passer avant de photographier.
En tout cas, jamais je ne publierai sur un espace public le cliché d'une ou d'un inconnu sans son autorisation, car chacun d'entre nous est évidemment connu d'un autre.
Les images que je vois des personnes les montrent souvent sous un aspect ridicule, outragent, voire morbide. Du pur voyeurisme.
Merveilleux clichés de personnes à terre, misérables ou en train de mourir...
Je comprends le photo journalisme, l'information qui couvre un événement, mais pas du tout la démarche consistant par un photographe amateur de diffuser des photos à visage découvert de personnes non consentantes et souvent photographiées dans une situation peu valorisante pour elles.
Vous voulez vous régaler de photos de personnes tripes à l'air dans un bloc opératoire avec leur visage bien reconnaissable ? Soyons sérieux. Imaginez que ce soit vous le sujet...
Dans l'expression "photo volée" il y a bien le mot vol, qui est un délit. Les diffuser font de ceux qui les regardent les receleurs du vol.

Excusez la teneur de ces propos un peu outranciers et volontairement à l'opposé du sujet de ce fil et je ne me pose pas en donneur de leçon, c'est juste une réflexion très personnelle que je me suis faite en le parcourant.
Et j'attends que vous me lapidiez de vos réponses, car le principe même d'un forum est le lieu d'échange d'idées contradictoires...
Amitiés à tous
Jc.
    Re: Vos conseils pour la Streetphotographie
Avatar de l’utilisateur
Habitué
Messages : 335
Depuis le 25 juil 2018
Nyons
Je ne jette que très rarement la pierre. Chaque personne qui fait les choses autrement que moi en fait d'autres que je ne saurais pas faire aussi bien.

Ce sujet est très enrichissant de par les différents points de vue et modus operandi développés. Au delà des techniques qu'on est tous censés posséder j'ai retenu aimer, patienter, rater, rater de nouveau, rater encore et "laisser bouillir", prendre du recul. Je ne demande que très très rarement l'autorisation pour ne pas perdre en spontanéité, bien que je l'aie fait hier justement et qu'elle m'a été refusée. Il faut savoir ne pas prendre de photos me suis je toujours dit.

Moi non plus je ne développe pas mes photos tout de suite, je laisse reposer la pâte et je reprends tout ça longtemps après. L'émotion perçue, lorsqu'il y en a une, est différente, plus diffuse et plus forte à la fois, mieux perceptible.

Et puisqu'il est permis de mettre des photos j'en pose une que je n'avais pas choisi l'an dernier mais qui m'est apparue plus évidente aujourd'hui.


:iboitier: FUJIFILM X-Pro1 :iobj: XF18mmF2 R :diaph: f:2.8 :obtuM: 1/400
Ne roule jamais plus vite que ton ange gardien ne peut voler.
julius23
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 1187
Depuis le 25 mars 2014
aubusson
Wolf49 a écrit :
Vous allez me jeter des pierres.
Je ne fais pas de photographie de personnes inconnues dans la rue sans leur expresse autorisation, sauf dans le cas de paysages où elles se trouvent par hasard.
Et encore, je les laisse passer avant de photographier.
En tout cas, jamais je ne publierai sur un espace public le cliché d'une ou d'un inconnu sans son autorisation, car chacun d'entre nous est évidemment connu d'un autre.
Les images que je vois des personnes les montrent souvent sous un aspect ridicule, outragent, voire morbide. Du pur voyeurisme.
Merveilleux clichés de personnes à terre, misérables ou en train de mourir...
Je comprends le photo journalisme, l'information qui couvre un événement, mais pas du tout la démarche consistant par un photographe amateur de diffuser des photos à visage découvert de personnes non consentantes et souvent photographiées dans une situation peu valorisante pour elles.
Vous voulez vous régaler de photos de personnes tripes à l'air dans un bloc opératoire avec leur visage bien reconnaissable ? Soyons sérieux. Imaginez que ce soit vous le sujet...
Dans l'expression "photo volée" il y a bien le mot vol, qui est un délit. Les diffuser font de ceux qui les regardent les receleurs du vol.

Excusez la teneur de ces propos un peu outranciers et volontairement à l'opposé du sujet de ce fil et je ne me pose pas en donneur de leçon, c'est juste une réflexion très personnelle que je me suis faite en le parcourant.
Et j'attends que vous me lapidiez de vos réponses, car le principe même d'un forum est le lieu d'échange d'idées contradictoires...
Amitiés à tous


La limite entre le droit personnel à l'image et la photo artistique fixée par la jurisprudence actuelle est justement là : tant qu'il s'agit d'une photo qui ne nuit pas à la dignité de la personne, pas de soucis.

Perso je ne vole pas de photo, je ne suis pas planqué avec un téléobjectif, mon acte photographique est visible. Je ne prends pas quelqun qui se couvre de ridicule ou qui est en détresse, si quelqu'un qui me vois me fais signe de ne pas le prendre en photo je ne le fais pas, mais ça s'arrête là ;)

concernant la dernière image de Jc, la personne n'est pas reconnaissable, ni ne nuit à la dignité, donc good !
Jc.
    Re: Vos conseils pour la Streetphotographie
Avatar de l’utilisateur
Habitué
Messages : 335
Depuis le 25 juil 2018
Nyons
Oui j'ai mis celle ci à dessein, justement pour montrer qu'on peut rester "soft", mais j'en ai deux autres sur lesquelles la personne est reconnaissable et que j'ai déjà posté ailleurs.
Ce n'est pas un critère pour moi, le fait que la personne soit ou non reconnaissable. J'ai à peu près les mêmes limites que toi Julius, càd que je ne prends jamais les personnes dites "fragiles" et jamais non plus de situation ridicule ou dégradante. Mais je m'abstiens aussi de prendre les personnes qui se donnent ostensiblement en spectacle car bien souvent la photo faite ne dégage rien d'autre qu'un acteur pas toujours bon dans un rôle pas forcément intéressant.
Ne roule jamais plus vite que ton ange gardien ne peut voler.
Wolf49
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 1050
Depuis le 23 sep 2012
Paris
Jc et julius23
Parfaitement d'accord avec vous dans ce contexte, bien évidemment !
rax
Avatar de l’utilisateur
Membre des Amis
Messages : 2531
Depuis le 27 juin 2015
Lille
Wolf, je partage partiellement ton point de vue.

Je ferais un parallèle avec le comique : peut-on se moquer de tout ? De la religion ? Du handicap ? Du chômage ?... Oui ! Et c'est tant mieux ! Lorsque l'on commence à censurer, les interdits brident, limitent de plus en plus et c'est le principe de liberté qui est malmené. Ce qui est vrai pour le comique me le semble également pour la photographie.

S'il fallait ne pas prendre en photo des individus à leur insu, c'est tout un pan de l'art photographique et de son histoire qui disparaîtrait. Prenons Elliott Erwitt : ses photos de rue sont un régal, avec beaucoup de comique de situation... il serait aujourd'hui sous le joug de la censure, hélas.
Tiberius
Avatar de l’utilisateur
Vieux briscard
Messages : 3065
Depuis le 15 nov 2010
DUNKIRK
je pense que l'une des principales "qualité" en photo de rue est d'aimer les gens, ce qui du coup induit une certaine forme de respect dans le traitement et la publication des photos. En tout cas c'est ce que je ressens avec la majorité des street photographies (qu'elles soient l'oeuvre de grand photographes ou de summiluxiens +/- doué :wink: ).
Le problème, comme dans bien des domaines, vient lorsque la prise de vue est faite par quelqu'un de mal intentionné, à l'esprit purement moqueur, mais j'ai tout de même tendance à penser que c'est rare. Pour ma part je photographie ce que j'aime (donc pas les gens :mrgreen: ) , j'imagine qu'il en est de même pour les autres.
Si je préfère les chiens au chat c'est parce qu'il y a des chiens policiers.
"+1" de la part de : DRUON
PrécédenteSuivante

Retourner vers Conseils et critiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant cette section : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités