Au coeur de Madagascar

Règles du forum "Travaux des summiluxiens" :
Avez-vous un travail qui vous tient à cœur et dont vous voulez faire part, comme une exposition, ou une publication ? :content:
Souhaitez-vous proposer vos photographies à la vente ? Présentez-les ici.
Jean-Claude
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 1039
Depuis le 20 avr 2007
Suisse Romande
Bonjour, bonsoir,

Il est là !

Enfin.
Le livre Au cœur de Madagascar est là.
Ce bouquin relate mon séjour humanitaire au sud de l'Île Rouge. Il existe en 2 versions :
Imprimée CHF 42.-- plus les frais de port. 140 pages, 90 photos couleurs, 19x19 cm dos collé.
Livre numérique, CHF 12.-- fichier envoyé par courriel.
On peut le commander en allant sur ma page : http://www.scolarisation.ch
Chaque livre vendu dégage un revenu qui permet d'assurer les fournitures scolaires pour 1 gosse de l'école des Salines ou des Saphirs. Alors, battez le tambour autour de vous en donnant le lien pour l'achat.
Ce livre est préfacé par BARRIGUE, dessinateur de presse très connu en Suisse et en France. Merci à lui.

Extrait, page 114 :

Arrêté par les flics …

Ce matin, en me rendant à vélo au boulot, je me suis fait arrêter par deux policiers. Des gaillards immenses, en hauteur, mais surtout en circonférence.

– Monsieur, vous circulez en sens interdit.
– Ah ? (Assorti d’un mouvement de tête en direction de l’entrée de la rue.)
– Oui, des voleurs ont pris l’écriteau, mais vous circulez en sens interdit.
– Comment est-ce que je peux savoir que la rue est un sens interdit ?
– Regardez le pousse-pousse derrière vous, il marche à côté de sa machine.
– ??? Oui, c’est juste… (Je tente de contenir un rire qui devient aussi pressant qu’une tourista) Mais dites-moi, pourquoi les voleurs ont-ils pris les écriteaux ?
– C’est pour faire des poêles. Ils les posent sur des cailloux autour du feu pour griller les légumes ou la viande.
– Ah oui, et dès qu’il y a du feu, la peinture brûle, on ne sait plus qu’il s’agit de panneaux de circulation et vous ne pouvez plus confondre les voleurs.

Cette fois, je me lâche, et le type en noir se met lui aussi à rire, sous le regard réprobateur de son collègue et certainement subordonné.
Fin de l’arrestation, sans frais, ce qui est presque un miracle.

Retourner vers Travaux des summiluxiens

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant cette section : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités