Page 2 sur 4

MessagePosté: vendredi 1 novembre 2019 - 11:48
par Telcantor
Je me demande combien d'oeuvres de femmes on pourrait découvrir dans le genre...

Patriarcat, mon amour? Et pour cela, l'Est et l'Ouest se sont toujours montrés aussi bons l'un que l'autre. Cela dit, l'Ouest a prétend toujours faire la leçon au reste du monde plutôt que de se nettoyer le nombril, ça fait une petite différence, tant qu'on en parle (sans vouloir dire que l'URSS était mieux, faut pas déconner!).

Mon prof' de photo avait eu cette remarque, concernant Vivian Maier que, comme elle n'avait rien fait de ses photos, ce n'était pas une véritable photographe, mais bien, effectivement, un produit découvert par un type qui l'a mis en avant pour faire du fric. Analyse intéressante en ce qu'elle montre les bêtises que l'on peut dire quand on isole les gens et leurs pratiques de leur contexte social pour en faire une analyse : il ne s'est pas une minute posé la question de savoir ce que Vivian Maier aurait VOULU faire si elle en avait eu la POSSIBILITE (qu'il s'agisse de conditions économiques, culturelles ou sociales)... le documentaire à son propos est éloquent sur ces questions : on voit des gens aisés discourir sur l'oeuvre et la vie d'une morte qui leur avait servi de boniche ou à peu près... C'est si facile!

Bref... J'aime beaucoup Vivian Maier, et le travail de son alter ego soviétique semble intéressant aussi... par contre, a-t-elle utilisé un Leica? Pas sûr : pour le même prix (ou pas...), c'est un FED ou un Zorki... Difficile d'être certain sur les photos, non?

MessagePosté: vendredi 1 novembre 2019 - 11:58
par cedric-paris
Les articles précisent que la plupart de ses photos sont au Leica IIIc , offert par son petit ami le photographe Boris Smelov. Elle avait aussi un Rolleiflex, un Zorki et un Ikoflex (on comprend qu'elle ait eu plusieurs appareils sur 30 000 négatifs).

Rep : Masha Ivashintsova, la Vivian Maier d'URSS

MessagePosté: vendredi 1 novembre 2019 - 13:00
par fabrice deutscher

MessagePosté: vendredi 1 novembre 2019 - 14:26
par igemo
Telcantor a écrit :

Patriarcat, mon amour? Et pour cela, l'Est et l'Ouest se sont toujours montrés aussi bons l'un que l'autre.


Il y avait bcp moins de patriarcat à l'Est qu'à l'Ouest! Les femmes avaient le droit à l'éducation la contraception et au divorce BIEN plus facilement qu'ici. Les salaires devaient être quasi-égaux ce qui peut laisser rêveur ici... Les femmes de RDA ont énormément perdu après la réunification de 1989-90 mais de cela on ne dit rien chez nous. Elles pouvaient facilement cumuler enfants et emploi grâce au système développé de crèches.
En RFA... :exaspere:

MessagePosté: vendredi 1 novembre 2019 - 14:28
par JOEL
Telcantor a écrit :
Je me demande combien d'oeuvres de femmes on pourrait découvrir dans le genre...

Patriarcat, mon amour? Et pour cela, l'Est et l'Ouest se sont toujours montrés aussi bons l'un que l'autre. Cela dit, l'Ouest a prétend toujours faire la leçon au reste du monde plutôt que de se nettoyer le nombril, ça fait une petite différence, tant qu'on en parle (sans vouloir dire que l'URSS était mieux, faut pas déconner!).

Mon prof' de photo avait eu cette remarque, concernant Vivian Maier que, comme elle n'avait rien fait de ses photos, ce n'était pas une véritable photographe, mais bien, effectivement, un produit découvert par un type qui l'a mis en avant pour faire du fric. Analyse intéressante en ce qu'elle montre les bêtises que l'on peut dire quand on isole les gens et leurs pratiques de leur contexte social pour en faire une analyse : il ne s'est pas une minute posé la question de savoir ce que Vivian Maier aurait VOULU faire si elle en avait eu la POSSIBILITE (qu'il s'agisse de conditions économiques, culturelles ou sociales)... le documentaire à son propos est éloquent sur ces questions : on voit des gens aisés discourir sur l'oeuvre et la vie d'une morte qui leur avait servi de boniche ou à peu près... C'est si facile!

Bref... J'aime beaucoup Vivian Maier, et le travail de son alter ego soviétique semble intéressant aussi... par contre, a-t-elle utilisé un Leica? Pas sûr : pour le même prix (ou pas...), c'est un FED ou un Zorki... Difficile d'être certain sur les photos, non?

ton prof est étrange quel propos sectaire

Rep : Masha Ivashintsova, la Vivian Maier d'URSS

MessagePosté: vendredi 1 novembre 2019 - 14:45
par cedric-paris
fabrice deutscher a écrit :

Meero, sérieusement ?



? Veux-tu nous éclairer? Je ne connais pas Meero, mais l'info sur Masha Ivashintsova est reprise sur beaucoup de sites, dans toutes les langues. Désolé si ce site pose un problème de sérieux (pourquoi?) As-tu consulté les deux autres liens que j'ai mis en exemple? Si c'est plus sérieux, les revoici
https://www.pixfan.com/masha-ivashintsova/
https://news.artnet.com/art-world/masha ... va-1251347

MessagePosté: vendredi 1 novembre 2019 - 14:50
par fabrice deutscher
Meero, c'est une uberisation promise de la photographie. Bref, des gens détestables.





MessagePosté: vendredi 1 novembre 2019 - 15:06
par tenmangu81
fabrice deutscher a écrit :
Meero, c'est une uberisation promise de la photographie. Bref, des gens détestables.


Oui, j'avais aussi lu en son temps, sur ce forum ou un autre, l'émergence de cette entreprise, lucrative compte tenu des tarifs proposés aux photographes pour leurs services. Rien de plus efficace pour tuer le métier de photographe.

Lu dans un quotidien du matin en juin dernier:

Sur les 58.000 photographes qui gagnent de l’argent grâce à Meero, «les 10.000 les plus actifs touchent en moyenne un peu plus de 1000 dollars par mois», affirme Thomas Rebaud (son PDG).

MessagePosté: vendredi 1 novembre 2019 - 15:44
par cedric-paris
On digresse. Masha Ivashintsova n'a que très peu à voir avec "Meero", qui n'a fait que reprendre une dépêche :wink:
Oublions l'affreux Meero ici, et reparlons de Masha, de Vivian Maier et de ces inconnu(e)s qui laissent derrière eux des négatifs et des histoires à découvrir.

MessagePosté: vendredi 1 novembre 2019 - 16:55
par Telcantor
igemo a écrit :
Telcantor a écrit :

Patriarcat, mon amour? Et pour cela, l'Est et l'Ouest se sont toujours montrés aussi bons l'un que l'autre.


Il y avait bcp moins de patriarcat à l'Est qu'à l'Ouest! Les femmes avaient le droit à l'éducation la contraception et au divorce BIEN plus facilement qu'ici. Les salaires devaient être quasi-égaux ce qui peut laisser rêveur ici... Les femmes de RDA ont énormément perdu après la réunification de 1989-90 mais de cela on ne dit rien chez nous. Elles pouvaient facilement cumuler enfants et emploi grâce au système développé de crèches.
En RFA... :exaspere:



Okay, okay, la prochaine fois, je me contiendrai pas en pensant à tous les bien-pensants (oui, contrairement à Zemmour, moi je crois que c'est encore la droite qui a le monopole de la bien-pensance à la con, et pas la gauche ou les tenants de l'émancipation... Dans le cas contraire, il y aurait plus de bagnoles en feu dans le 16e parisien...) qui hantent ces lieux... :mrgreen:

Juste, en bon anar', je voudrais tout de même rappeler que si un paquet des plus radicales des pionnières du féminisme se sont retrouvées autour de la Révolution russe, bon nombre se sont aussi fait dégommer par la réaction qui a suivi quelques années plus tard. Du coup, j'ai toujours du mal à reconnaitre plus de mérite à l'Est qu'à l'Ouest (et inversement...) sur à peu près quoi que ce soit. Mes excuses... :langue:

Mais revenons-en à Vivian et Madame... comment déjà? Ah oui... Masha...

Parce que Meero, c'est pas beau, faut donc pas en parler... :twisted:

la Rolex et le clochard...

MessagePosté: samedi 2 novembre 2019 - 12:47
par le nono
Telcantor a écrit :

Mon prof' de photo avait eu cette remarque, concernant Vivian Maier que, comme elle n'avait rien fait de ses photos, ce n'était pas une véritable photographe...


Je ne sais pas si vous retranscrivez exactement les propos de votre professeur de Photographie, mais si cela s’avère véridique il faut convoquer urgemment le conseil de discipline de votre école.
De la part d’un pédagogue c’est surprenant, pour ne pas dire plus.
Il ou elle, commet une grave erreur de jugement. Comment peut-on émettre un jugement esthétique de la sorte en se basant sur «ce que l'on fait de ses propres images» ? Cela ne veut rien dire.
Cela me fait penser à la fameuse réplique ségalienne « Si à 50 ans on n’a pas de Rolex, on a raté sa vie ».
D’abord il faudrait définir ce qu’est vraiment un photographe ? À notre époque où toutes les disciplines se sont entrecroisées il devient difficile de nommer véritablement le médium et surtout sa pratique, alors son praticien ? Andy Warhol était quoi ? Ou qui ?
Selon la définition la plus admise, un photographe est une personne qui prend des photographies.
Ce qui n’est déjà pas mal comme hypothèse et peut rassurer tout le monde.
Peu importe le typage, la nomenclature, la catégorie, l’important c’est de faire. Et de le faire bien.
Laissons la délimitation aux autres. Ce sont les marges qui font la substance.

Le Moyen Âge, majoritairement dominé par l’anonymat et la pensée collective, ne semblait dessiner une identité d’auteur, l’oralité suffisait.
L’invention de l’imprimerie a permis de diffuser les connaissances et leurs créateurs.
Que dire des pamphlets qui se vendaient incognito sous le manteau.
Les régimes totalitaires ont généré des artistes inconnus du monde. Que l'on découvrira qu'à leurs effondrements.

Si je comprends la pensée de votre professeur, bien de notre époque d’ailleurs, il faut se faire remarquer, faire du bruit, se faire visible pour exister. L’agitation, le grondement, l’éclat sont des signes qui ne peuvent tromper. De plus, si cela s’accompagne d’une certaine valeur spéculative (déterminée par le marché et bien-sûr par ses experts) il y a forcement reconnaissance.
Peut-on qualifier un artiste à sa valeur marchande ?

Combien de personnages « classifiés » artistes de maintenant sont tombés dans l’oubli pendant des décennies, voir des siècles.
Van Gogh qui n’aurait vendu qu’un seul tableau de son vivant était-il un peintre ?
Les hommes du Paléolithique étaient-ils des artistes ? Reconnus par leurs congénères de surcroît ?
Salieri était plus reconnu que son homologue Mozart, qui devait batailler pour survivre.
Ne parlons pas des premiers impressionnistes et de leurs Salons des Refusés.
Adget n’a vraiment eu la postérité que peu de temps après sa mort.
Lartigue aussi, a eu une reconnaissance de photographe tardive, d’ailleurs qui connaît ses tableaux ?
Kafka n’a pas attiré la lumière des critiques sur lui.
E. Brontë publiait sous pseudonyme.
Et que dire des artistes de Jazz incompris aux États-Unis, venus exercer leurs talents à Paris.
...

Pour autant dans le cas de Vivian Maier nos marchands du Temples s'appiuent sur le mythe romantique de l'artiste maudit pour vendre. Cela ne fait aucun doute.

Si j’extrapole la maxime de votre mandarin qui fait le procès de l’anonymat en matière d’Art : si la Photographie est votre béquille existentielle et que vous ne vendez pas, c’est que vous avez raté votre vie !
Double sanction.

Rep : la Rolex et le clochard...

MessagePosté: samedi 2 novembre 2019 - 22:17
par Telcantor
le nono a écrit :
Pour autant dans le cas de Vivian Maier nos marchands du Temples s'appiuent sur le mythe romantique de l'artiste maudit pour vendre. Cela ne fait aucun doute.

Si j’extrapole la maxime de votre mandarin qui fait le procès de l’anonymat en matière d’Art : si la Photographie est votre béquille existentielle et que vous ne vendez pas, c’est que vous avez raté votre vie !
Double sanction.


Je pense que l'idée était un peu moins débile, tout de même, que celle développée sur base de l'anonymat...

Pour lui, un photographe est une personne qui construit un projet, qui a une démarche (ou plusieurs...) dans sa photographie. Pas quelqu'un qui produit des images, aussi jolies soient-elles, au hasard, sans but et sans série. Qu'il soit connu ou non importe peu. Vivian Maier n'ayant pas développé une très grande part de ses films, et n'ayant à ce qu'il en sait (et à ce que j'en sais aussi du reste...) pas construit de projet/assemblé ses photos/lui demander pour plus de précisions, elle n'entre pas dans la catégorie.

Je partage assez sa vision concernant ce qu'est un photographe... à condition de s'intéresser à ce qu'il ou elle a voulu faire et à pu faire, et de ne pas partir d'un postulat aveugle sur ce qu'ont été les conditions matérielles de travail et de développement de la personne et de l'oeuvre dont il est question. Ne se posant ni la question du patriarcat, ni celle des classes sociales, il n'avait aucune chance, à mes yeux, d'arriver à une réponse valable... Mais n'est pas John Berger ou Susan Sontag qui veut, et la plupart des partouzeurs-mouchards qui lisent ces lignes ne font sans doute pas non plus d'analyse matérialiste d'une oeuvre. Dont acte.



Sans rapport avec ce qui précède, ne jamais oublier l'imbécile, dans l'histoire de la Lune et du doigt... :mrgreen:

MessagePosté: dimanche 24 novembre 2019 - 22:02
par boyan_d
Merci pour la découverte.

MessagePosté: jeudi 5 décembre 2019 - 16:58
par cirke
c'est d'une banalité ! on dirait que c'est la mode de découvrir a tout prix des genies du petit peuple
Vivian Maier (photos sans grand intérêt hormis l'aspect documentaire) a fait la fortune du découvreur , le filon est bon

... Mais dans une monde ou on confond les colonnes de Buren avec de l'art faut pas s'étonner

MessagePosté: jeudi 5 décembre 2019 - 17:19
par madras
cirke a écrit :
... Mais dans une monde ou on confond les colonnes de Buren avec de l'art faut pas s'étonner

Quelle est la définition de l'art ?