Dorothea LANGE

countryboygil
Avatar de l’utilisateur
Habitué
Messages : 699
Depuis le 24 mai 2017
Aubrac city
Pour être encore un peu plus complet sur l'histoire de cette femme et aussi de cette photo.

https://www.nouvelobs.com/photo/2016081 ... tante.html
Mon oreille avait entendu parler de toi, maintenant mon œil t'a vu. (Job 42. 5) La nuit est fort avancée, et le jour s'est approché. (Rom.13. 12)
igemo
    Rep : Re: Dorothea LANGE
Spécialiste
Messages : 1079
Depuis le 18 oct 2005
Paris
alain.besancon a écrit :
l'absence de retombées financières pour le sujet est un réel problème.


Je ne crois pas que photographier qqun induit naturellement la création d'un contrat commercial entre celui qui est devant l'appareil et celui qui est derrière, avec partage des retombées financières... quand il y en a.
Sinon il faut se lancer dans des discussions byzantines pour savoir ce qui fait la valeur artistique et donc financière de la photo en question: le sujet seul? Dans ce cas celui-ci devrait avoir sa part.
L'apport créatif du photographe (cadrage, angle de prise de vue, choix de tel ou tel instant "décisif"...) sans lequel la photo n'est plus qu'un instantané, plus ou moins intéressant...

D'un autre côté j'ose espérer que Steve McCurry aura su aider un peu Sharbat Gula la jeune Afghane qu'il avait photographiée dans les années 80, et sur le dos de qui il avait fait beaucoup beaucoup d'argent...
Tout est histoire de décence et d'intelligence.
"Les photographes juifs, c’est la rue, la vie urbaine et la photographie goy, c’est le paysage. Ansel Adams c’est le typique photographe goy" - William Klein
"+1" de la part de : telemetrix
Telcantor
Messages : 48
Depuis le 5 mai 2017
Bruxelles
On peut penser cela Igemo.

On peut aussi se dire que la dignité humaine de cette femme n'a pas été respectée. Ce n'est pas forcément du fait de D. Lange... mais c'est elle qui a ouvert la porte.

Que vaut le consentement d'une personne à être photographiée si l'on n'est pas certain que cette personne sait ce que cela implique?

Bref, personnellement, je photographie beaucoup de gens sans leur demander leur avis, ni sur le fait de déclencher, ni sur ce que je ferai de la photo. Mais il est difficile de ne pas reconnaitre que ce faisant, j'exerce une grande violence. Et pourtant, a priori, mes photos, peu les verront.

C'est une question de classe sociale : qui prend les photos, en général, et qui se fait prendre en photo? La norme n'est certes pas de voir des gens peu privilégiés prendre des photos de gens qui le sont beaucoup. La norme, ce serait plutot l'inverse. Et la domination s'exerce toujours dans le même sens...
Donnez, bonnes gens, donnez. Au NPA, à LFI, ou aux Restos du Coeur, à Emmaus, à qui vous voulez... Donnez d'une main une part de ce que vous prenez de l'autre, ça vous épargnera de devoir vous regarder en face.

Dormez, les gens, dormez. Ca ira
igemo
Spécialiste
Messages : 1079
Depuis le 18 oct 2005
Paris
Quoi qu'il en soit allez vite voir cette expo avant samedi, avant que les Gilets Jaunes ne foutent pour de bon le feu au Jeu de Paume.
Ce qui s'est passé samedi 1er (tentative d'effraction et incendie touchant le flanc de l'établissement) était une mise en jambes, je pense que le 8 le bâtiment partira bien en fumée... :shock:
"Les photographes juifs, c’est la rue, la vie urbaine et la photographie goy, c’est le paysage. Ansel Adams c’est le typique photographe goy" - William Klein
"+1" de la part de : cedric-paris
madras
Avatar de l’utilisateur
Spécialiste
Messages : 1589
Depuis le 26 août 2016
Essonne
La photo emblématique de D. Lange.





Vu cet après-midi, à la librairie du jeu de Paume, quelqu'un avec un M7 chrome, un viseur 21mm et un objectif tri-focales (sûrement).
"La critique est aisée, et l'art est difficile", Philippe Néricault
Précédente

Retourner vers Livres, sites, expositions et événements

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant cette section : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités