Télémètres obscurcis

xvanvaerenbergh
    Télémètres obscurcis
Avatar de l’utilisateur
Messages : 14
Depuis le 24 sep 2009
Belgique
Bonsoir à tous,

Sur un autre forum, quelqu'un me demandait si la question des télémètres obscurcis était abordée dans l'ouvrage dont je parle dans la section commerciale (le manuel pour la réparation des Leica IIIc et IIIf). J'ai écrit à l'auteur qui m'a répondu de manière détaillée.

Comme vous avez soutenu ce projet infiniment plus que ce que j'aurais pu espérer, et pour vous donner une idée du ton général de l'ouvrage, je vous envoie gracieusement sa réponse...En espérant que cela puisse intéresser quelqu'un.

Je vous remercie encore tous de votre bon accueil !

citation :
Les télémètres obscurcis (carrément noirs), c'est surtout sur les Leica M, c'est un décollement du prisme (généralement consécutif à une chute de l'appareil) qu'il faut recoller au Baume de Canada. Je ne l'ai fait que trois fois, et il y a longtemps. En général, l'argenture est intacte (protégée par le prisme, tant qu'il est collé, pour autant que je me souvienne, j'insiste). J'ai essayé une colle cyano un jour mais aucun ajustement n'est possible (ça colle instantanément et il m'est resté une petite zone sombre sur un bord).

Sur les IIIC l'obscurcissement vient parfois simplement des verres de protection (les oeilletons) qui sont sales. Si ce n'est pas le cas, il s'agit de la disparition de l'argenture du miroir semi-transparent. Cela se remarque au fait qu'après nettoyage des oeilletons, le télémètre n'est utilisable qu'en mettant au point sur une source de lumière.
Essayer de nettoyer le miroir est très délicat et à moins d'avoir une grande habitude des optiques, le résultat est pire que la situation d'origine.
Il faut soit remplacer le miroir (on en vend aux States, 50 dollars plus frais d'envoi, à l'époque), soit transformer le télémètre. La dernière fois que je l'ai fait, c'est il y a cinq ans. Donc, toujours de mémoire.
Il faut se procurer un petit miroir que l'on découpe aux dimensions du miroir d'origine. On enlève ensuite l'argenture sur une moitié du miroir (moitié supérieure par exemple).
Le télémètre à superposition devient un télémètre à coïncidence, plus lumineux que celui du IIIC et tout aussi précis mais ce n'est plus le télémètre LEICA. On s'habitue tellement vite aux deux demi -images que beaucoup d'utilisateurs de IIIC, non prévenus ne s'aperçoivent de rien à l'usage. Et comme par bonne lumière la partie transparente réfléchit malgré tout pas mal de lumière, elle aussi, l'illusion est parfaite, tout comme la mise au point.

Je l'avais fait, à l'époque où seule la firme mère vendait des miroirs (à un prix...), pour quelqu'un qui utilisait son IIIC comme appareil principal. Je l'ai ensuite fait pour d'autres utilisateurs qui préféraient "mon" télémètre, plus facile lorsqu'il y avait peu de lumière.
Si ma mémoire est bonne, il est important que l'épaisseur du miroir soit proche de celle du IIIC, pour pouvoir rester dans la plage de réglage. Si ce n'est pas le cas, il faut refaire une une nouvelle cage porte miroir.
Bien sûr, si on regarde de face, au travers de l'oeilleton, on voit qu'il n'y a qu'une moitié de miroir.

Le réglage du télémètre et le remplacement du miroir sont repris dans l'ouvrage, pas la modification du télémètre.


Michel Vanvaerenbergh

Retourner vers Leica à vis

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant cette section : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités