2734 résultats trouvés

Revenir à la recherche avancée

Aller au message

Oui, la finition est chromée noire, c'est beaucoup moins fréquent que la finition laquée sur laiton, qui bien qu'anachronique semble aller encore avec le côté rétro des Leica M dans la production d'aujourd'hui. Mais la finition chromée est plus solide et la patine plus discrète et élégante... OK c'est une affaire de goût. Le gainage du mien est façon cuir, je n'aimais pas le gainage standard "antidérapant"...
par Jean-Yves
dimanche 5 septembre 2021 - 18:11
 
Forum: Occasions - Renseignements
Sujet: Leica MP à la carte
Réponses: 2
Vus: 233

Aller au message

Bonjour à tous,
Cela fait... je ne sais plus... 10 ans ? ... que je ne viens plus vous voir... au début faute de temps... et puis on prend d'autres plis.
Je vais peut-être me décider à me séparer de mon MP, qui dort depuis trop longtemps. C'est celui avec lequel j'ai photographié le Hoggar, le Chili etc.. et que j'ai montré souvent sur Summilux équipé de divers objectifs. Vous retrouverez facilement les photos. Il est absolument pareil qu'à l'époque, avec sa courroie en cuir Luigi et ses bords légèrement patinés qui font tout sont charme. Pas l'ombre d'une poussière dans le viseur, mais il y a longtemps qu'il n'y a plus de pile dedans.
C'est un MP à la carte, chromé noir, viseur 0,72, configuration 38943 (gainage façon cuir). Je l'avais acheté en 2006 à la Maison du Leica à Paris (je ne sais pas ce qu'est devenu Jean-Luc... ni Gérard Métrot d'ailleurs, et il y a longtemps que je n'ai pas de nouvelles de Jean D. ... Bref, j'arrête avec la nostalgie).
Nathalie était intéressée pour le reprendre à une époque mais je n'étais pas décidé à m'en séparer. Il y a beaucoup de sentimental avec nos boitiers M, surtout les argentiques évidemment.
J'ai toujours le Focomat IIc, j'hésite aussi à m'en séparer. J'ai gardé le vieux Rolleiflex et le Focomat IIc est un très bon agrandisseur pour le moyen format, donc... je ne sais pas encore si je vais m'en séparer aussi ou pas. Je ne suis jamais passé au numérique en Leica. C'est fantastique ce qu'on arrive à faire maintenant. Mais je suis totalement dépassé...
Bref... si vous trouvez ce message un peu bizarre dans la section petites annonces, c'est qu'il l'est ! Mais c'était bien à vous qu'il fallait que je m'adresse en premier lieu (pour celles et ceux qui se rappellent de moi... en 2004 !!). A votre avis, combien puis-je attendre de mon MP ? Les neufs valent dans les 4300 je crois mais sur e-bay on voit des prix délirants pour des boitiers vintage (c'était déjà le cas il y a 15 ans, Leica a toujours été un marché de spéculation). Et pour un Focomat IIc ?
Allez, zou, à vos claviers avant que je ne m'évapore définitivement...
Et grande, grande affection à vous tous qui aimez regarder le monde à travers un viseur.
Jean-Yves
par Jean-Yves
dimanche 5 septembre 2021 - 15:57
 
Forum: Occasions - Renseignements
Sujet: Leica MP à la carte
Réponses: 2
Vus: 233

Re: RARE ! Summilux 35 et 50 première version

Merci à Bouboudialo et Stéphane Marco pour leur contribution.
Le 50 est vendu !
par Jean-Yves
jeudi 24 août 2017 - 7:41
 
Forum: Ventes conclues et annonces anciennes inactives
Sujet: RARE ! Summilux 35 et 50 première version
Réponses: 18
Vus: 6564

Re: RARE ! Summilux 35 et 50 première version

Je vois que ce 50 n'a pas le succès qu'il mérite...
Je vais donc le mettre sur e-Bay jeudi...
Je verrouillerai l'annonce sitôt cela fait.
Ciao,
JY
par Jean-Yves
mardi 22 août 2017 - 19:18
 
Forum: Ventes conclues et annonces anciennes inactives
Sujet: RARE ! Summilux 35 et 50 première version
Réponses: 18
Vus: 6564

Rep : Re: RARE ! Summilux 35 et 50 première version

Darshada a écrit :
Si tu les retrouve je serai curieux de les voir :)
Il est compatible avec le M Typ 262?


Je suppose...
Nous avons fait hier à Bruxelles des images parfaites avec le 35 mm de 1960 monté sur le dernier M10... c'était incroyable de voir un ensemble si anachronique et pourtant si cohérent. Je suis certain que ce sera pareil avec le 50 mm.
par Jean-Yves
mardi 22 août 2017 - 11:04
 
Forum: Ventes conclues et annonces anciennes inactives
Sujet: RARE ! Summilux 35 et 50 première version
Réponses: 18
Vus: 6564

Rep : Re: RARE ! Summilux 35 et 50 première version

Darshada a écrit :
Est-ce que tu as des photos pris avec le 50mm pour voir ce que ça donne? :)


Il faut que je cherche dans mes archives, il y a eu 2 déménagements entre temps ! :rollrouge:
par Jean-Yves
lundi 21 août 2017 - 12:05
 
Forum: Ventes conclues et annonces anciennes inactives
Sujet: RARE ! Summilux 35 et 50 première version
Réponses: 18
Vus: 6564

Re: RARE ! Summilux 35 et 50 première version

Merci à tous pour vos posts et messages de sympathie en off.

Le 35 est vendu !

Reste le 50... Il est magnifique ! Je dis ça... je dis rien ! :cool:
par Jean-Yves
samedi 19 août 2017 - 11:00
 
Forum: Ventes conclues et annonces anciennes inactives
Sujet: RARE ! Summilux 35 et 50 première version
Réponses: 18
Vus: 6564

Aller au message

NB : Réédition d’une annonce parue initialement le 17 août et rectifiée pour être en conformité avec le règlement de Summilux.

Chers Summiluxien(ne)s,
Les années passent et le boulot nous accapare. Les enfants grandissent et de nouveaux besoins apparaissent.
Ceci n’est pas le prodrome d’un traité de sociologie ni le liminaire d’une confession oiseuse, car vous êtes bien dans la rubrique Petites annonces.
C’est seulement pour vous dire que je me sépare d’une partie de ma collection.
J’avais acheté ces cailloux à Jean de Bordeaux, un des experts en appareils anciens de Summilux. Je n’ai pratiquement pas photographié avec, contrairement à mon MP, et ce manque de lien affectif affectif (quelle chose étrange, et pourtant réelle, concernant du matériel !) rend la séparation plus facile !
Malgré l’absence des emballages d’époque, ces objectifs sont vraiment très bien conservés et fonctionnent évidemment parfaitement. Aucun dégommage ou traitement à prévoir. Il faut bien se dire qu’ils datent des années 1959-60 : vu leur état, ils n’ont pas dû beaucoup servir. Aucune trace de choc, aucune griffe nulle part. C’est assez rare…
Jean m’avait vendu les cailloux mais sans pare-soleil, pourtant indispensables, y-compris pour remplacer avantageusement les bouchons d’objectif, qui manquaient également. Je vous laisse imaginer le prix de ces accessoires, sur tout le OLLUX qui est rare, que j’ai trouvés sur e-bay, et que je cède avec les objectifs.
N’étant pas philanthrope outre mesure, je souhaite vendre ces objectifs au prix du marché, basé sur l’argus de ce site et les prix que je vois sur le net.
A priori, je ne vends pas les accessoires séparément. Je propose ce matériel jusqu’à lundi 21 août en primeur sur le site avant de le mettre sur E-bay. Ne tardez pas !
Maintenant, place aux photos (je précise à nouveau que le boitier n’est pas à vendre).

SUMMILUX 1.4/50 Leitz Wetzlar n°1644989 (1958) – PRIX : 1200 euros


Voilà à quoi ça ressemble sur un MP. C’était bien sûr un M3 chromé à l’origine. Le filtre UV est monté dessus.


Vue du caillou sans son filtre. Les bagues sont fluides, sans point dur, parfaitement crantée pour le diaph.


Vue frontale. Difficile de rendre compte de la propreté du bloc optique. Mais il n’y a aucune trace de champignon ou de poussière entre les groupes.


Vue arrière. La bague d’alliage et la came de bronze sont parfaites, l’irrégularité discernable sur la photo est un surplus de graisse, que j’ai toujours connu là et me garderais bien de l’enlever tant que ce n’est pas nécessaire.


Vue du diaph à f :16 (filtre monté sur l’objectif). La courbure des lamelles assure une circularité parfaite de l’ouverture. De très légères traces de lubrifiant, resté fluide, moirent les lamelles. Aucun gommage, les deux faces sont parfaitement propres. Le reflet est un sapin de Noël qui pousse dans le jardin depuis 30 ans et qui fait comme un écouvillon dans la lumière du soir. OK, j’arrête…


Vue de l’ensemble 50 mm à vendre. Le pare-soleil et le filtre sont parfaits. On voit également l’état de la rampe hélicoïdale de l’objectif.

SUMMILUX 1.4/35 Leitz Canada n°1731057 (1960) – PRIX : 2800 euros


Vue sur le boitier. Pour celui-ci, je n’ai pas de filtre UV d’origine. C’est beau, hein ?


C’est un Leitz Canada, comme tous les objectifs de cette première série de Summilux. Exactement la même qualité que chez Wetzlar. Remarquez le doigt de mise au point avec blocage à l’infini : une pièce d’une suprême qualité, bien supérieure aux pièces rapportées en résine noire des séries plus récentes.


Vue frontale. Le traitement multicouche de ces générations d’objectifs était plus léger, ce qui a donné lieu à des discussions-fleuve sur leur « bokeh ». J’ai toujours préféré le velouté de ces optiques moins contrastées, surtout au tirage argentique. J’adorais mon Summicron « jaune » pour cela… Evidemment un résolution moins grande dans les angles que la version ASPH récente. Mais ce n’est pas la même philosophie… et c’est infiniment plus rare !


Vue frontale avec le diaph fermé à f :16. Même remarque que pour le 50 sur la géométrie des lamelles. L’ajustement est parfait et fluide.


Vue de l’ensemble 35 mm à vendre. Le groupe arrière, la bague et la rampe de l’objectif sont parfaits. Le pare-soleil, que j’ai eu vraiment du mal à trouver d’occasion à l’époque, présente de petites traces d’usage, tout à fait normales, mais aucune déformation.

Je peux tenter de répondre à vos questions sur ces objectifs, assisté par les experts (les deux Jean, si vous m’entendez !), qui en sauront certainement davantage.
Cordialement,
JY
par Jean-Yves
vendredi 18 août 2017 - 10:05
 
Forum: Ventes conclues et annonces anciennes inactives
Sujet: RARE ! Summilux 35 et 50 première version
Réponses: 18
Vus: 6564

Aller au message

Merci pour ce message amical.

Les années passent et je ne suis plus ici qu'une ombre furtive, parfois trahie par son n°IP... !

Mes activités professionnelles ne me donnent plus assez de temps pour la photo avec mon MP, sauf une fois par an (et encore), à l'occasion d'un voyage de formation sur le terrain ou bien, mais c'est devenu très rare, quand je pars en touriste.

Je vois que l'argentique et les vieux films se portent encore bien sur Summilux. J'ai conservé mon Focomat IIc et j'ai bien l'intention de reprendre un jour les tirages laissés en plan il y a... parfois plusieurs années !

D'autres techniques m'intéressent aussi, comme les tirages au charbon de négatifs grand format ou, à la prise de vue, le sténopé, dont je pense qu'en voyage il a un potentiel onirique très fort - impliquant une installation, du temps et la fixation d'une mémoire moins furtive que l'oeil baladeur.

A bientôt ici ou là,
JY

:D
par Jean-Yves
mercredi 13 juin 2012 - 10:13
 
Forum: Voyages
Sujet: Juillet au Laddakh
Réponses: 46
Vus: 16934

Eclat

Bravo pour les deux premières : l'homme dispersé (multiplié) ou écrasé par la ville moderne....
JY
par Jean-Yves
dimanche 28 août 2011 - 22:09
 
Forum: Voyages
Sujet: Tokyo, ce mois de janvier...
Réponses: 44
Vus: 10769

Torticolis

Chers tous,
Je ne passe plus ici qu'épisodiquement, ce soir en mission sous les pampres de Montpellier avec mon fidèle iPhone pour intervenir - pur hasard que ce fil soit le premier.

Dans sa biographie de HCB, Assouline cite une rencontre où le photographe lui aurait dit qu'il trouvait, dans l'instant où ils le regardait, un parallélisme saisissant entre la branche de ses lunettes et le cadre au mur derrière lui.

C'est exactement ce que m'inspire la deuxième photo de Nicéphore 61.
Le torticolis du petit découle de la pente de la pyramide...

Bravo et/ou merci au hasard (ce qui est pareil car ce qui est photographié est vu).
JY
par Jean-Yves
dimanche 28 août 2011 - 21:57
 
Forum: Voyages
Sujet: Pyramide de Khephren (Gizeh)
Réponses: 17
Vus: 7078

Aller au message

Merci les amis.

Oui, en photo c'est important d'éclairer doublement : aussi avec des mots.
Soit les mots sont révélés par des exégètes, soit ils sont les viatiques proposés, voire imposés par le photographe.

En ce qui me concerne, j'ai souvent remarqué que je ne retenais pas les photos que je n'arrivais pas à légender honnêtement ou élégamment.
par Jean-Yves
lundi 17 janvier 2011 - 20:42
 
Forum: Voyages
Sujet: Juillet au Laddakh
Réponses: 46
Vus: 16934

Juillet au Laddakh

Chers ami(e)s,

Les années se suivent et se ressemblent. Mon silence n’est pas synonyme de désamour pour la photo et je suis bluffé par la qualité de certains posts dans ce forum voyage désormais administré à 100% par mes collègues docteurs es photographie que je salue ici. Bravo à toutes celles et ceux qui font vivre ce site, devenu mondialement connu.

Quand je refais des photos au Leica, je replonge avec plaisir, une fois par an en moyenne, dans mon labo argentique, que je dois dépoussiérer pour l’occasion (pas trop car on fait alors généralement pire que mieux, j’ai eu cette année des gros problèmes de poussières dans mes cuves de développement film que j’avais mal fermées). Cela me donne aussi l’occasion de dégripper mon cher Focomat IIc.

Alors que je fais des centaines de photos numériques pour le boulot, le voyage de découverte, même géologique, est l’occasion de « faire du Leica ». C’est comme un sport différent, avec une remise en jambes (c’est le mot juste, voir la danse d’HCB) et un recadrage du monde. Cette année, à nouveau grâce à un trek géologique, je vous emmène au Laddakh. Nous y étions avec un groupe du CBGA l’été dernier, au moment des inondations, ce qui nous a causé de grandes émotions.

Toutes les photos ont été faites au 35 ou au 21, vous retrouverez sans doute lesquelles au 21 (on pourrait faire un quizz !). J’ai hésité à prendre le 50, qui d’après ce cher Jacques Zekkar m’allait mieux dans ce type de voyage, mais plus je vieillis mieux j’aime les courtes focales. Le film est du Tx développé avec du Xtol. Je n’ai pas encore fait les tirages, ce sont des scans de néga que vous voyez ici (scanner film Nikon). J’ai essayé de rendre au mieux tous les gris, car je n’aime pas le noir et blanc sensu stricto... Mais je me suis battu un peu avec les négas qui étaient assez peu contrastés...

Ce voyage commence sous les auspices d’une contemplation géologique et finit en road movie. Mon appareil suit forcément ce glissement vers le « reportage » (pour rester cohérent avec ce que je viens de dire je suis obligé de mettre des guillemets), vous m’en excuserez. Mais c’est mon expérience et mon souvenir du Laddakh.

Mais je bavarde, je bavarde, alors place aux photos.













452-18. Faubourgs de Dehli. Nous sommes en route pour le nord.




















453-14. A deux jours de bus, premières difficultés au col du Rothang, au nord de Manali.
Des travaux bloquent la circulation sur plusieurs kilomètres et pendant des heures.
Des marchands ambulants remontent la file de véhicules arrêtés, proposant du thé et des bricoles à manger.




















453-18. Au col du Rothang, 3980 m, l’Himalaya apparaît dans toute sa splendeur.
Chaque chose dressée vers le ciel a sa traîne de prières sauvages.





















453-33. Col de Baralacha La, 4950 m. Nos poumons pédalent follement.
Ici comme ailleurs en Himalaya, chaque col a son écharpe de prières usées.





















455-28. Lac salé de Tso Kar, 4530 m. Curieuses boursouflures sur le sol des banquettes lacustres.
De l’autre côté du lac paissent des hémiones.






















455-37. En contre-haut du lac, des blocs tombés des montagnes arborent des sésames gravés.
Des tétraogalles volent dans le ciel.
La lumière est grise mais elle transperce tout.





















456-04. Col de Chang La, 5358 m. Les Tata décorés rivalisent avec les temples.
Pour chacun, un fronton et deux grands yeux carrés.
Etrange convergence de forme.





















456-12. Vers Tangtse, la croûte terrestre comme si elle sortait du tube, dans les granites fondus du dôme de Tso Morari.




















456-14. Monastère de Chemrey.
Hâvre et forteresse, avec son donjon cerclé de moulins à prières.





















456-36. Quartier musulman de Leh. Un arbre... incontournable.
Et un autre étrangement emmailloté.





















457-06. Rue principale de Leh.
Peut-être incongru mais la scène était telle et je faisais mon marché de photos.
Je m’interroge aujourd’hui sur l’enjeu de la présence du bébé.





















457-10. Phanjila, vallée de la Yapola.
Au bivouac du premier jour de trek, un petit gars descendu du village, d’abord impassible puis tout sourire.
C’était avant la crue.





















457-16. Photoksar, 4300 m, vallée du Photang.
Le village nous semble abandonné mais il ne l’est pas.
La très haute altitude raréfie tout, sauf la sensation d’exister.





















457-21. Habitante de Photoksar, croisée dans les champs.





















457-36. Honupatta, vallée de la Spong, au petit matin le lendemain de la crue.
Dans la nuit la rivière a emporté un pont centenaire, dont les reliefs forment cette cascade.
Deux morts dans le village. Le voyage bascule.
La nuit précédente, nous étions en altitude et il avait certes plu beaucoup, au point que des ruisseaux étaient apparus entre les tentes.
Mais en Himalaya, plus on est haut, plus les vallées sont larges et moins il pleut ; le risque était donc bien moindre pour nous.





















458-17. Vallée de la Spong, le lendemain de la crue.
Nous redescendons vite : la route s’effondre derrière nous, heure par heure, dans cette gorge.
Tout a cette même couleur de soie grise.




















459-16. Lamayuru, deux jours après.
Tous les ponts vers Leh sont désormais coupés.
On est dans l’incertitude du retour sur la vallée de l’Indus.





















460-06. Khalatse. La sieste sur le chantier. Petit répit dans notre fuite, aussi.
Nous sommes bloqués quelques heures ici en attendant un camion éventuel.
Alors je visite des vergers d’abricotiers, en haut du village, à l’abri de magnifiques peupleraies.





















460-31. Nurla. Le pont et la route ont été emportés sur 500 m au confluent avec l’Indus.
Des villageois tentent de faire des ponts de branchages en attendant l’intervention de l’armée.
Nous passerons plus en amont.




















461-16. Rive de l’Indus. La route, coupée tous les 5 km, survit à fleur d’eau, dans un silence à peine bruité par le fleuve en crue.
Des colonnes de piétons au regard souvent fiévreux tentent de regagner Nurla.
Nous avons préféré passer par la montagne.





















461-25. Aux abords de Bazgoo, l’armée intervient.
Des épaves émergent des eaux qui ont reflué.



















461-31. L’armée nous transborde vers Leh, où nous arriverons le lendemain.
On conservera un certain temps ce regard halluciné.
La Nature, que nous aimons et que nous étudions, vient de nous donner une nouvelle leçon.


*************

A trois jours près, nous perdions tout à Phanjila, le 5 août. Nous y étions passés le 2 et le seul endroit pour camper était le lit de la rivière. Trois trekkeurs s’y sont noyés le soir de la crue, emportés par une vague de boue.


Epilogue. J’ai encore le dernier rouleau du voyage dans l’appareil, comme quoi la vie quotidienne reprend vite ses droits... Je vois très bien cette image de bestiaux au coin d’une rue salie par la boue. Mais peut-être sera-t-elle totalement différente quand je la découvrirai développée ? C’est la magie du différé, propre à l’argentique...

A l’an prochain pour un autre voyage ?
Amitiés photographiques,
JY
par Jean-Yves
lundi 17 janvier 2011 - 9:32
 
Forum: Voyages
Sujet: Juillet au Laddakh
Réponses: 46
Vus: 16934

Vendu !

Le sac est vendu.... :)
par Jean-Yves
jeudi 4 novembre 2010 - 16:38
 
Forum: Ventes conclues et annonces anciennes inactives
Sujet: Billingham 555 Pro
Réponses: 1
Vus: 1192

Billingham 555 Pro

Hello toutes et tous,
Je fais le ménage et hop, je tombe sur un sac Billingham 555 pro tout neuf... Je blague mais j'ai déjà deux Hadley et je n'ai utilisé celui-ci qu'une seule fois, pour une séance de mariage (fallait être un peu classe...). Il est grand pour un usage quotidien, mais idéal en voyage (mon MacBook Pro 17' rentre facilement, plus quelques effets personnels, plus mon Rolleiflex, deux réflex numériques et leur optique, plus mon MP et ses optiques... et avec en plus une flexibilité optimale du compartimentage intérieur.

Je ne vous fais pas plus longtemps l'article des sacs Billingham, il y a là-dessus des tas de pages web. A noter que celui-ci est en tissu classique, pas en FibreNyte (donc pas avec des grosses côtes mais en tissé fin).

Prix internet neuf environ 330 euros. Je le vends 220 euros port compris.

par Jean-Yves
jeudi 4 novembre 2010 - 8:50
 
Forum: Ventes conclues et annonces anciennes inactives
Sujet: Billingham 555 Pro
Réponses: 1
Vus: 1192
Suivante

Revenir à la recherche avancée