1777 résultats trouvés

Revenir à la recherche avancée

Aller au message

Objectif réservé, en attente de paiement avant de clore l'annonce.
par Aniki
lundi 20 septembre 2021 - 20:44
 
Forum: Occasions - Leica M
Sujet: Leica Summilux-M 75 mm V2 "Made in Canada", avec filtre UVa E60 et boîte : 3350
Réponses: 1
Vus: 256

Aller au message

Bonjour :vivesummilux: !

Afin de financer d'autres projets photographiques je vends ce très beau Summilux-M 75 mm dont je n'ai que très peu l'usage. Il s'agit de la version 2, avec paresoleil intégré, fabriqué au Canada. D'après le numéro de série, il date de 1989 et je n'en suis que le deuxième propriétaire.

Le Summilux est en superbe état cosmétique et optique. Pas de rayures sur les lentilles, pas de champignons, pas de brume. Son propriétaire initial l'avait très peu utilisé et, pour ma part, je l'ai tout de suite équipé d'un filtre UVa E60 et ne m'en suis servi que pour un shooting d'essai. La focale 50 mm me convenant mieux, je laisse ce 75 mm dormir dans un coin de mes tiroirs et cela m'attriste.

Pour lui donner une nouvelle vie, et la belle vie photographique qu'il mérite, je vous en demanderai 3350 €, frais de port compris pour les Summiluxiens. Une remise en main propre à Paris ou les environs est évidemment possible.
Le paiement pourra se faire par virement bancaire (c'est plus rapide) ou Paypal (mais attention aux éventuels frais supplémentaires). Je précise que l'objectif est également en vente sur Leica Classifieds, plus cher et à des conditions moins avantageuses.

En vous remerciant pour votre attention et vous souhaitant un agréable week-end,

Summiluxement,

Bruno :content-anim:















par Aniki
vendredi 17 septembre 2021 - 10:30
 
Forum: Occasions - Leica M
Sujet: Leica Summilux-M 75 mm V2 "Made in Canada", avec filtre UVa E60 et boîte : 3350
Réponses: 1
Vus: 256

Aller au message

Intéressante remarque Guiraud ! Elle fait écho à mon idée première d'avoir une seule image qui irait de la première à la quatrième de couverture. Mais, en termes de production, cela aurait été compliqué, surtout que, foncièrement, je n'avais pas vraiment d'image unique capable de couvrir la double page de la couverture. La suggestion de Naoko d'exploiter l'un des diptyques du livre fait donc d'autant plus sens, puisque ça apporte du dynamisme tout en facilitant le façonnage.

D'ailleurs, Naoko m'a soumis deux nouvelles propositions :

par Aniki
mercredi 25 août 2021 - 14:54
 
Forum: Travaux des summiluxiens
Sujet: "Mizuwari – Assoiffé de Tokyo", mon premier projet de livre auto-édité
Réponses: 36
Vus: 3289

Aller au message

Merci pour tous vos retours ! :content-anim:

De son côté, Naoko a commencé à me faire des propositions quant à la couverture. Finalement, elle ne partirait pas sur une image unique qui irait à la fois de la première à la quatrième de couverture. Elle n'opterait pas non plus pour un collage de plusieurs images. Elle a retenu un des diptyques du livre, dont une photo irait en première et l'autre en quatrième de couverture (et vice versa), par dessus lesquelles elle dessinerait, avec son style si caractéristique. L'une aurait le titre en alphabet latin, l'autre en alphabets japonais, et j'aime bien l'idée que chacun pourrait choisir son début et sa fin, donc son sens de lecture : soit de gauche à droite (à l'occidentale), soit de droite à gauche (à la japonaise).

La tranche, quant à elle, ne serait pas arrêtée. Mais c'est vrai qu'avec la proposition de Naoko, cette tranche serait ajustable au dernier moment, en fonction de l'épaisseur calculée par Escourbiac à partir de la mise en page et du papier retenu. Je précise, au passage, que les typographies utilisées par Naoko sont à titre indicatif. Le choix final sera arrêté avec ma directrice artistique. :wink:

Reste ainsi, parmi ses propositions, à choisir. J'aimerais donc avoir votre opinion, en répondant à cette question simple : sans forcément avoir lu mes précédentes interventions, que vous évoquent les deux photos du diptyque retenu (en vous imaginant découvrir ce livre dans une librairie, et avant même dans lire le descriptif) :?:






Merci d'avance pour votre contribution, et à très bientôt pour les prochaines mises à jour !
par Aniki
lundi 23 août 2021 - 14:58
 
Forum: Travaux des summiluxiens
Sujet: "Mizuwari – Assoiffé de Tokyo", mon premier projet de livre auto-édité
Réponses: 36
Vus: 3289

Aller au message

Merci Robert et cirta :content-anim:

Marc Nolin a écrit :
Partant pour aquérir ce trésor lors de sa parution, à la condition que la livraison au Québec soit possible…

Dans tous les cas, cela ne devrait poser aucun soucis pour expédier un exemplaire au Québec :wink: Il faut cependant que je me renseigne sur les coûts de port exact et, surtout, si je peux bénéficier du "tarif d'envoi de documents culturels" mis en place par La Poste au titre du "rayonnement culturel français" et qui serait très, très intéressant pour les expéditions internationales hors UE. Normalement, oui, mais les conditions spécifiques de vente précisent bien que, pour y avoir droit, les livres doivent être rédigés en langue française et/ou langue régionale. Cependant, le mien sera rédigé en français et contiendra une traduction d'office en anglais... Je me suis d'ailleurs trouvé un traducteur en début de semaine, c'est un ami anglais qui vit à Glasgow et prépare une thèse sur, justement, la traduction de l'OULIPO. Bref, il faudra voir à quel point La Poste est tatillonne :question:


Fift a écrit :
Quel boulot ! :shock: .

J'avoue que les premières photos donnent envie - et je rejoins l'aspect "Moriyamesque" que d'autres ont mentionné, plus que l'approche humaniste à mon avis. J'aime beaucoup cette traduction d'ambiances.

Bon courage pour la suite, et je vois que tu es bien entouré :applaudir: .


Merci ! Côté boulot, ma DA n'est pas sortie de l'auberge puisqu'elle va devoir produire deux versions : l'actuelle, qui mélange des cahiers de 8, 12 et 16 pages, et une version uniquement basée sur des cahiers de 16 pages. La seconde fera, forcément, un livre plus épais, mais, paradoxalement, risque de coûter moins cher. On attendra les devis d'Escourbiac pour les deux.

Pour l'aspect moryiamesque plus qu'humaniste de mes photos, c'est amusant, mais cela change en fonction des personnes auxquelles je montre mes prototypes. Naoko Sekine trouve qu'il y a quelque chose de "Shōwa" dans mes images (faisant référence à l'ère impériale correspondante), et elle aime ce mélange de "rugueux et joli, brut et silencieux". Gaston Bergeret, qui a fréquenté Brassaï, Doisneau et était un intime de Delpire, trouve que je "photographie le vivant". La mère d'une amie, qui est journaliste et critique littéraire, m'a qualifié de "photographe crépusculaire" et trouve dans mon travail des réminiscences de Nicolas Bouvier... Bref, chacun y trouve un peu ce qu'il y veut, et j'aime bien cet aspect là : chacun, en partant de mes photos, se fera son propre voyage à Tokyo. Enfin, j'espère :mrgreen:
par Aniki
mercredi 18 août 2021 - 8:57
 
Forum: Travaux des summiluxiens
Sujet: "Mizuwari – Assoiffé de Tokyo", mon premier projet de livre auto-édité
Réponses: 36
Vus: 3289

Aller au message

Bonjour ! :content-anim:

Un peu plus de deux mois après le lancement de ce fil, le projet avance, à son rythme. Notre interlocuteur chez Escourbiac étant en congés annuels jusqu'à la fin août, nous avons donc le temps de travailler sur le "chemin de fer", c'est à dire la répartition du contenu (textes et images) en fonction des cahiers, qui eux-même peuvent contenir 8, 12 ou 16 pages (une feuille étant pliée en deux, ce qui fait 4 pages, donc un cahier de 16 pages contient en fait 4 feuilles, découpées à partir d'une même feuille géante repliée sur elle-même).

Le chemin de fer permet ainsi de prévoir :
  • l'emplacement des doubles-pages éventuelles, l'idéal étant une double page en milieu de cahier, le danger étant une double page à cheval sur deux cahiers ;
  • l'emplacement des images à imprimer en couleur et celles en noir et blanc, car en fonction ce ne sont pas les mêmes techniques d'impression qui seront utilisées.

Or, même si ce sera du offset dans tous les cas, je souhaiterais que mes photos couleur soient imprimées en quadrichromie mais que les photos noir et blanc (majoritaires) soient, elles, imprimées en vrai noir et blanc (et non en nuances de gris simulées avec des encres CMJN), ce qui coûtera plus cher mais garantira un meilleur résultat. Le chemin de fer permettra ainsi à l'imprimeur de m'indiquer la solution technique la plus adaptée à mes désirs et établir le devis le plus cohérent par rapport à mon budget.

Ci-dessous, en avant première pour :vivesummilux: , je vous partage deux planches issues de la première version du chemin de fer. Le positionnement des images et leur taille est à titre indicatif (ce sera à ma graphiste d'ajuster parfaitement tout cela). Par contre, nous avons, pour nous repéré, utilisé le code couleurs/symboles suivant :
  • Les feuilles colorées indiquent le début et la fin d'un même cahier, avec une alternance de saumon et de pistache pour s'y retrouver plus facilement.
  • Le rond rouge indique le centre d'un carnet (donc l'emplacement idéal pour les doubles pages).
  • Les grandes crois indiquent la présence d'une double page.
  • Les annotations "Légende", "Titre" et autres indiquent le positionnement prévu pour le texte (qui, par ailleurs, sera imprimé sur un papier complètement différent de celui utilisé pour les images).

Bonne découverte ! :wink:






Ah, par ailleurs, j'allais oublier le plus important : je devrais normalement collaborer avec l'artiste japonaise Naoko Sekine qui réalisera une œuvre spécifiquement pour la couverture de mon livre, couverture qui, normalement, devrait être commune à la fois pour les éditions de tête et les éditions régulières. :content-anim:
par Aniki
lundi 9 août 2021 - 11:15
 
Forum: Travaux des summiluxiens
Sujet: "Mizuwari – Assoiffé de Tokyo", mon premier projet de livre auto-édité
Réponses: 36
Vus: 3289

Aller au message

Petit up et baisse du prix pour les Summiluxiens : 1400 € (les frais de port sont toujours offerts) :content-anim:
par Aniki
lundi 19 juillet 2021 - 14:11
 
Forum: Ventes conclues et annonces anciennes inactives
Sujet: Leitz Summilux-M 50 mm f/1,4 E43 "pre-ASPH" de 1981 : 1500 €
Réponses: 2
Vus: 685

Aller au message

Robert a écrit :
Tu peux toujours demander un devis à Escourbiac : https://www.escourbiac.com


Bon, et bien ça avance, ça avance. Depuis le précédent message, j'ai reçu la V2 (toujours imprimée chez Ooblik), que j'ai pu présenter à quelques amis ainsi que mes collègues du "Monde de la Photo" (Vincent Trujillo, le boss, et Benjamin Favier, le réac-chef). Les retours sont positifs mais les mêmes remarques et critiques (attendues) reviennent. En vrac :
  • Le travail d'Ooblik est très beau... pour de l'impression numérique artisanale.
  • Le papier choisi (Condat Périgord) offre un beau rendu et le livre à une belle main.
  • Les tirages sont beaux.
  • Les images transpirent le Japon (et vaguement le sake et le tabac froid pour quelques unes).
  • Mais il faut que je resserre mon editing (c'est vrai que de la V1 à la V2 je suis passé de 88 à 120 images).
  • Il faut absolument que je revois la mise en page.
  • La police choisie pour les textes manque d'élégance.
  • La couverture n'est pas très flatteuse.

Pour les trois derniers points, cela confirme la nécessité de passer par une directrice artistique. Pour l'editing, j'en fais mon affaire.

Enfin, et surtout, j'ai le plaisir de vous annoncer que j'ai rendez-vous avec monsieur Alain Escourbiac lui-même vendredi matin, dans le showroom parisien de l'imprimeur. Ce sera l'occasion de discuter du projet, bien sûr, mais surtout d'enrichir mes (maigres) connaissances dans la fabrication d'un beau livre, découvrir et toucher des papiers et matières, consulter des ouvrages déjà imprimés par la même entreprise et faire mouliner mon cerveau avec plein de nouvelles idées qui, je l'espère, bénéficiera aussi bien à la qualité du livre qu'au plaisir qu'en retireront celles et ceux qui le consulteront. J'ai hâte.
par Aniki
mercredi 14 juillet 2021 - 23:51
 
Forum: Travaux des summiluxiens
Sujet: "Mizuwari – Assoiffé de Tokyo", mon premier projet de livre auto-édité
Réponses: 36
Vus: 3289

Aller au message

Merci pour tous vos commentaires :content-anim: Du coup, je me permets de répondre dans le désordre chronologique :

Dedalus a écrit :
C’est très bon tout cela, je préfère la version n&b mais les 2 sont très chouettes.

Après avoir longtemps comparé les deux versions, j'ai la sensation que la noir et blanc raconte, finalement, une autre histoire, plus tragico-dramatique, avec l'effet graphique "facile" propre au noir et blanc. La couleur préserve l'atmosphère ténébreuse et, à mon sens, apporte une profondeur supplémentaire qui enrichit le propos. Mais bon, si tu trouves que les deux sont chouettes, je ne vais pas chipoter ni m'en plaindre :mrgreen2:

rax a écrit :
On part sur une colorimétrie tirant sur le bleu, puis ça bascule dans les verts et enfin vers une ambiance assez chaude dans les jaunes.
Perso, ça me déroute un peu. Je n'ai pas trop de problème avec le fait que l'on pousse les manettes même si j'ai un peu tendance à penser que d'autres outils sont davantage dédiés à ce type de photo (Polaroïd pour n'en citer qu'un) qu'un M numérique mais après tout pourquoi pas ? Non, c'est vraiment cette alternance de dominantes (bleue, verte pour laquelle je ne suis vraiment pas fan, puis jaune) qui me pose problème. Peut-être que, dans un livre, avec un artifice permettant la transition (un texte par exemple, un nouveau chapitre...), cela passerait mieux. En tous les cas, au sein d'une série dans laquelle on passe d'une photo à une autre, sans transition, cela me donne effectivement une impression bizarre.

Pour ce qui est d'un outil plus adapté que non, je dirais que la question ne se pose pas vraiment dans la mesure où l'outil que j'utilise, c'est celui que j'ai sous la main (donc au choix mon M10-D ou mon smartphone). :non: Cela est d'autant plus vrai pour une série non planifiée, créée spontanément avec l'inspiration du moment mais que j'ai, du coup, envie de poursuivre en suivant et documentaire, à ma manière, l'évolution de la forêt de Chiberta.

Les alternances de couleur, je ne les ai pas vraiment choisies. S'il est vrai que j'ai utilisé un profil colorimétrique qui "fausse les couleurs", il ne fait cependant que jouer des variations autour de celles d'origine. Et, au moment de prendre les photos, le ciel était particulièrement changeant : cela fait partie de la beauté de cette région, qui passe du bleu presque transparent au vert émeraude, se teinte en doré en fin de journée, parfois de violet, ou devient complètement brun-ocre en fonction des rejets de l'Adour et des sédiments brassés au large. Dans tous les cas, il est vrai que cette présentation, dans le cadre d'un message posté sur un forum, n'est pas forcément la plus avantageuse.

Mak a écrit :
Je suis globalement d'accord avec rax, l'alternance des couleurs dominantes me déroute, j'aurais plus accroché avec une gamme plus restreinte puisqu'on parle d'une série.
Cela me fait un peu penser au travail d'Albarran Cabrera.

Quant à une gamme de couleur plus restreinte sous prétexte qu'il s'agit d'une série, pour le coup, c'est une licence à laquelle je n'adhère pas forcément. Il y a tout plein de manières d'harmoniser esthétiquement une série, et si les couleurs en font partie, d'autres éléments comptent tout autant. Ceci dit, dans le cas présent, il faudra noter l'absence de rouge, ce qui est presque ironique pour des images du Pays Basque.

(Sinon, je ne connaissais pas le travail d'Albarran & Cabrera : merci pour la découverte ! :applaudir: )

jeanrem a écrit :
C'est autre chose du coup. Mais finalement, c'est bien aussi à mon avis. Ça me fait penser au travail de Dolores Marat. Ça serait chouette d'en faire des tirages sur un papier texturé de type photo rag, des tirages pas trop grands pour garder le côté intimiste. J'espère que ta série sera retenue.

Fait amusant : la dernière image partagée sur le profil Instagram par Dolores Marat (ou en tous cas par la personne qui gère son profil) est un cliché nocturne du rocher de la Grande Plage, devant le casino de Biarritz. :ravi:
En ce qui concerne ta recommendation de faire des tirages de cette série, elle a trotté dans ma tête et je me suis lancé la semaine dernière. J'ai donc fait tirer les 15 photos chez Picto, en format 12 x 18 cm, sur du papier texturé mais pas du photo rag. Histoire d'ajouter encore une dimension au travail, j'ai opté pour un papier très exotique, dans tous les sens du terme : du Awagami Murakumo. C'est la première fois que je l'utilise, et je suis époustouflé par le rendu. Le support est tellement fin (seulement 42 grammes au mètre carré) qu'il en devient translucide. Les images imprimées se voient ainsi des deux côtés, aussi bien au recto qu'au verso et, surtout, la lumière peut diffuser par transparence. Sur les clichés avec des cieux chargés, tirages posés sur une fenêtre face au soleil, cela donne l'impression que les rayons lumineux transpercent les nuages. Autre bénéfice : cette translucidité, toujours par rétroéclairage, permet de révéler des détails presque invisibles dans les zones denses, mais qui sont pourtant bel et bien là (comme sur l'image numéro 6 où le feuillage et le branchage des pins ressemblent à des poumons). Ça a fait wahou dans mes yeux lorsque je m'en suis rendu compte :choque:

GUIRAUD a écrit :
nature vivante, ça vibre, ça bouge, il y a une lecture.
bémol sur le grillage, (perso, j'aime pas les grillages sur une photo) qui, finalement ferme la sensation de grandeur.
j'espère que vous vous ferez une place à Cadaquès et ailleurs.

J'ai également tendance à ne pas aimer les grillages, mais, pour le coup, d'un point de vue documentaire, ils sont ici indispensables, car ils marquent le fait que cette forêt, "jadis" librement accessible au public, est désormais totalement fermée. Ce qui ne peut que m'attrister (même si j'entends bien qu'il s'agit désormais d'un chantier forestier, avec des engins qui circulent, et que, surtout, ils n'ont peut-être pas envie qu'un autre zigoto vienne mettre le feu à ce qui reste).

Enfin, en ce qui concerne InCadaqués :
J'ai l'immense plaisir et honneur de vous annoncer que ma série a été retenue parmi les coups de cœur de l'Open Call 2021. En soit, cela ne change pas grand chose par rapport au classement final, mais la série qui récoltera le plus de "j'aime" sur la page Instagram du festival figurera dans le catalogue risographié de l'édition 2021. C'est pas rien. À l'heure où je vous écris, je suis loin, très loin derrière les images les plus aimées (mais dans le premier tiers des coups de cœur malgré tout), mais si jamais vous voulez aller jeter un coup d'œil et me faire plaisir, ça se passe >> ICI<<
par Aniki
dimanche 11 juillet 2021 - 21:35
 
Forum: Divers (photos)
Sujet: "Ma série du Moment"
Réponses: 1787
Vus: 228752

Aller au message

Objectif en attente de paiement. Je bouclerai l'annonce lorsque la nouvelle propriétaire aura bien réceptionné son nouveau précieux :content-anim:
par Aniki
dimanche 11 juillet 2021 - 15:42
 
Forum: Ventes conclues et annonces anciennes inactives
Sujet: Leica Summicron-M 50 mm f/2 (V5) de 1996 : 1050 €
Réponses: 1
Vus: 568

Aller au message

Bonjour !

Ayant récemment fait l'acquisition d'un Summilux-M 50 mm de mon année de naissance (petite coquetterie), j'ai donc décidé de me séparer de deux de mes 50 mm qui font plus que doublon. Cette vente concerne donc mon Summilux-M 50 mm f/1,4 dit "E43 pré-ASPH".

L'exemplaire porte des traces d'usure évidentes. Je viens de faire nettoyer et regraisser la bague de mise au point par "La Maison du Leica" afin qu'il soit aussi agréable à utiliser qu'il le devrait. La bague de diaphragme est un collante par intermitance à f/1,4, mais sinon elle est bien crantée (et c'est quelque chose d'assez commun sur cette génération, j'ai la même chose sur mon exempaire de 1987). Les lentilles, quant à elles, sont sans rayures ni champignons. Il y a quelques micro-poussières et une légère brume sur la périphérie de certaines lentilles, mais cela n'affecte pas la qualité d'image (voir les exemples ci-dessous). L'objectif sera fourni avec un bouchon arrière (la version vintage) et un filtre UV E43 de marque BW (j'ai aussi un filtre Hoya si vous préférez).

Compte tenu des éléments évoqués, je demande donc 1500 € pour cet exemplaire, frais de port inclus. L'expédition sera assurée par Mondial Relay ou La Poste, à votre convenance. Une remise en main propre est bien sûr possible à Paris ou dans les environs, et vous pourrez tester l'objectif à cette occasion. Dans tous les cas, je souhaiterais un paiement par Paypal ou virement bancaires (sinon ça ferait trop d'espèces à gérer). :content-anim:

En vous remerciant pour votre attention, bonnes photos à vous et bonne journée :)














:iboitier: Leica M10-D :iobj: Leitz Summilux-M 50 mm f/1,4 E43 "pre-ASPH"


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Leitz Summilux-M 50 mm f/1,4 E43 "pre-ASPH"


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Leitz Summilux-M 50 mm f/1,4 E43 "pre-ASPH"


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Leitz Summilux-M 50 mm f/1,4 E43 "pre-ASPH"


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Leitz Summilux-M 50 mm f/1,4 E43 "pre-ASPH"


edit du 11-07 :

citation :
Up ! J'ajoute que l'objectif a été ce jour mis en vente sur Le Bon Coin, plus cher et à des conditions moins avantageuses.
par Aniki
jeudi 8 juillet 2021 - 21:12
 
Forum: Ventes conclues et annonces anciennes inactives
Sujet: Leitz Summilux-M 50 mm f/1,4 E43 "pre-ASPH" de 1981 : 1500 €
Réponses: 2
Vus: 685

Aller au message

Bonjour !

Ayant récemment fait l'acquisition d'un Summilux-M 50 mm de mon année de naissance (petite coquetterie), j'ai donc décidé de me séparer de deux de mes 50 mm qui font plus que doublon. Cette vente concerne donc mon Summicron-M 50 mm v5 de 1996 (la dernière version avant l'APO-Summicron ASPH).

L'exemplaire est en très bel état, avec des lentilles très propres, sans rayures, champignons, brume ou autre. La bague de mise au point est super fluide, très agréable à utiliser, et celle de diaphragme bien crantée. Il y a juste quelques marques d'utilisation au sommet du pare-soleil téléscospique qui font qu'il n'est pas dans un état "A+" ou "Mint" (selon que vous préfériez le codage japonais ou anglo-saxon). L'objectif sera fourni avec ses deux bouchons et une housse en cuir. À toutes fins utiles, je précise qu'il n'est pa codé 6 bits (ça se voit sur les photos, mais au cas où...). :content-anim:

Je demande 1050 € pour ce très joli exemplaire, frais de port compris. L'expédition sera assurée par Mondial Relay ou La Poste, à votre convenance. Une remise en main propre est bien sûr possible à Paris ou dans les environs. Dans tous les cas, je souhaiterais un paiement par Paypal ou virement bancaires (sinon ça ferait trop d'espèces à gérer). Enfin, je précise que l'objectif est disponible sur le marketplace Facebook, dont Leica Classifieds, plus cher et à des conditions moins avantageuses.

En vous remerciant pour votre attention, bonnes photos à vous et bonne journée :)










par Aniki
jeudi 8 juillet 2021 - 21:05
 
Forum: Ventes conclues et annonces anciennes inactives
Sujet: Leica Summicron-M 50 mm f/2 (V5) de 1996 : 1050 €
Réponses: 1
Vus: 568

Aller au message

Donc. En ce moment, après tous ces confinements et la perte collatérale de l'une de mes principales collaborations (donc piges, donc sources de revenues), j'ai commencé à me lasser de mon métier de testeur de matériel photographique. Oh, j'aime toujours ça hein, bidouiller des nouveaux boîtiers et objectifs, mais après dix ans, j'ai un peu l'impression de tourner en rond. Et puis, surtout, depuis que je ne quitte plus mon M10-D, tout me paraît... un peu fade côté nouveautés technologiques.

J'ai donc décidé de réorienter, ou du moins essayer, ma carrière photographique. J'ai été étudiant en photographie (à l'époque de mes débuts sur le forum), j'ai été vendeur en Leica Store (où j'ai pu rencontrer certains d'entre vous), j'ai été journaliste technique (et le suis toujours), mais parmi le panel des métiers photographique, il y en a un auquel je ne me suis jamais frotté : être photographe. Tout bêtement. Même si dans les faits, c'est un parcours du combattant d'un point de vue administratif, j'avais envie d'être connu pour autre chose que lorsque je détaille par le menu les défauts de tels ou tels boîtiers, tels ou tels objectifs, et ai ressenti le besoin de mettre un peu plus en avant ma production personnelle, que j'ai plusieurs années laissée entre parenthèse.

Pour ce faire, j'ai donc repris en mains mon compte Instagram, bricolé un site photo personnel pendant le premier confinement (il faudra que je le mette à jour, ce qui devrait être possible avec des vacances moins chargées) et, plusieurs d'entre vous le savent, je prépare un livre sur le Japon (livre qui d'ailleurs a déjà changé de sous-titre et dont je viens de recevoir la deuxième version de travail). Bref, pour compléter le parfait kit du photographe débutant, je participe aussi de temps en temps à des concours, auxquels je n'ai rien à perdre (si ce ne sont les frais d'inscription) et qui me forcent à reconsidérer mes images autrement, avec le regard un peu nouveau de la constitution de portfolio (c'est moins évident que lorsque j'étais de l'autre côté de la barrière pour les critiquer chez Réponses Photo). Récemment, j'ai donc jeté mon dévolu sur un concours en particulier, celui du Festival In Cadaqués.

La série présentée précédemment en noir et blanc a donc été remaniée, mais en couleur. Par la même occasion, elle a été rebaptisée "Agur Chiberta !" (c'est moins prétentieux et plus personnel qu'une hallusion à Victor Hugo) et, en basque, ça veut dire "Adieu Chiberta !". Parce que c'est une forêt à côté de laquelle j'ai grandie, que j'avais vue pour la dernière fois l'été dernier après le confinement, que je n'avais plus revue depuis un an et, pour cause : entre le premier et le deuxième confinement, elle a été victime d'un incendie criminel. C'est au moment d'y retourner il y a quelques jours que j'ai regretté de ne pas l'avoir plus photographiée lorsqu'elle était encore là : j'ai cette tendance à ne pas photographier ce qui m'est familier et appartient à mon quotidien. C'est un peu la même chose qui m'était arrivé pour Notre-Dame de Paris, devant laquelle j'étais passé quelques minutes avant qu'elle ne brûle en me disant "j'aurai plus de temps pour retourner enfin la visiter ce week-end"... Donc en repassant devant ce qui restait de Chiberta, ce n'a été que tristesse et mélancolie, ce qui, je pense, se retranscrit dans les images. :oops:

Bref. Voici donc la sélection des 15 images retenues pour In Cadaqués. Délibérations du jury en août. Et même si j'ai faible espoir d'y être reconnu, au moins en restera-t-il une trace ici. Place aux photos (puis à vos commentaires) :content-anim:
(Je sais déjà que certains vont trouver le traitement trop dense, mais c'est plus que volontaire, d'autant plus que l'algorithme de compression du forum a tendance à en remettre une couche.)


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Summilux-M 50 mm f/1,4 Asph.


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Summilux-M 50 mm f/1,4 Asph.


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Summilux-M 50 mm f/1,4 Asph.


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Summilux-M 50 mm f/1,4 Asph.


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Summilux-M 50 mm f/1,4 Asph.


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Summilux-M 50 mm f/1,4 Asph.


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Summilux-M 50 mm f/1,4 Asph.


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Summilux-M 50 mm f/1,4 Asph.


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Summilux-M 50 mm f/1,4 Asph.


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Summilux-M 50 mm f/1,4 Asph.


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Summilux-M 50 mm f/1,4 Asph.


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Summilux-M 50 mm f/1,4 Asph.


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Summilux-M 50 mm f/1,4 Asph.


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Summilux-M 50 mm f/1,4 Asph.


:iboitier: Leica M10-D :iobj: Summilux-M 50 mm f/1,4 Asph.
par Aniki
lundi 5 juillet 2021 - 19:34
 
Forum: Divers (photos)
Sujet: "Ma série du Moment"
Réponses: 1787
Vus: 228752

Aller au message

Merci à tous pour vos sympathiques retours et vos critiques ! Tout d'abord, petite réponse à Guiraud :

GUIRAUD a écrit :
question : comment obtient-on un grain pareil sur les réglages ? je cherche et ne trouve point


Il s'agit d'un pré-réglage que j'avais concocté pour harmoniser mes images issues de Leica M numériques avec ceux issus du scans des négatifs pour mon projet de livre photo (jeanrem avait donc vu juste :applaudir: ). En gros, en partant du fichier couleur, je commence par une transformation en noir et blanc (puis je ne touche pas au mélanger de couches), j'applique une courbe en S, je renforce le contraste en jouant sur les hautes lumières, les ombres, les blancs (en positif) et les noirs (en négatif), la tecture et la clarté. En fonction des sujets, j'applique un filtre gradué avec de la correction des voiles pour rattraper les ciels qui deviendraient trop sombres. Et pour finir, je suis généreux avec le grain. Bien sûr, j'ajuste "à vue" pour chaque image, et le traitement est personnalisé en fonction qu'il s'agisse d'un fichier de M9, de M9 Monochrom, de M10 ou d'un boîtier non Leica. Par exemple, ce preset a tendance à rendre beaucoup plus contrasté et cru sur les boîtiers Sony et Panasonic.








Du coup, depuis que j'ai publié la première version de cette série, je l'ai faites évoluer. D'abord, parce que je trouvais cela triste qu'elle soit en noir et blanc, alors que beaucoup d'images ont été prises au coucher de soleil, celui suivant le solstice d'été sur la côte Basque. Ensuite, parce que, suite à une erreur de manip, je me suis rendu compte que ça pouvait rendre quelque chose de vraiment sympathique et onirique en couleur, en ajoutant une profondeur supplémentaire à l'image sans pour autant perdre le côté menaçant des cieux. Je vous en parle donc au message suivant (c'est pas du flood, c'est pour faciliter la lecture :wink: ).
par Aniki
lundi 5 juillet 2021 - 19:05
 
Forum: Divers (photos)
Sujet: "Ma série du Moment"
Réponses: 1787
Vus: 228752

Aller au message

Merci Robert pour le rappel de l'existence de l'imprimerie Escourbiac ! C'est vrai que le nom passe souvent devant mes yeux et mes oreilles, mais je ne l'avais pas retenu. On m'a également suggéré l'imprimerie Launay (à Paris, mais sur l'autre rive). Donc, une fois le PDF monté sous InDesign, je pense que j'irai voir les deux (et peut-être d'autres), et tirerai autant de prototypes que nécessaires.

Par ailleurs, et cela a relativement un rapport, j'ai eu la chance (littéralement par hasard) de présenter le premier prototype à quelques membres de la Maison de la Culture du Japon à Paris ainsi qu'à la rédaction de Tempura (la première rencontre menant à la seconde). Les retours ont été très positifs et encourageants, donc cela me permet d'envisager une éventuelle suite ainsi qu'une diversification des réseaux de communication/distribution. Affaire à suivre, donc. En tous cas, de mon côté, c'est tout à fait palpitant comme exercice, plein de découvertes, de rebondissements et de détours. :content-anim:
par Aniki
samedi 3 juillet 2021 - 14:12
 
Forum: Travaux des summiluxiens
Sujet: "Mizuwari – Assoiffé de Tokyo", mon premier projet de livre auto-édité
Réponses: 36
Vus: 3289
Suivante

Revenir à la recherche avancée