17 résultats trouvés

Revenir à la recherche avancée

Aller au message

danyves a écrit :
Une Silver Spirit d'occasion reste à la portée de tous :D

paga a écrit :
Ça se répare avec des pièces détachées de tracteur ces betes la, de la balle! Je me demande s'il ne faudrait pas aussi changer le sigle sur le tracteur, "Massey-Ferguson" c'est trop voyant non, c'est trop frime!?


Chêr âmi, à côté des miens, vos trâcteurs Massèchose portent un nom ...comment dire... quelque peu vulgaire :





par Ziman
mercredi 2 décembre 2009 - 21:14
 
Forum: Leica M : boîtiers
Sujet: Question pastille noire
Réponses: 58
Vus: 8001

Aller au message

Phil VDD a écrit :
Je me demande pourquoi Leica n'a pas prévu une option de menu qui permette de "simuler" un codage "par défaut".
Par exemple, qu'on puisse choisir que le codage de base soit celui d'un objectif de la gamme M à choisir dans une liste et si on monte un objectif codé ça s'adapterait automatiquement.
Je m'en vais essayer de poster cette demande quelque part chez Leica...

Voilà ce que j'ai envoyé. C'est en anglais...

Hello,

I own a M8 (and a M-4P) and several lenses:

Summilux-M 1,4/75 (with 6-bit code)
Summilux-M 1,4/50
Summilux-M 1,4/35 ASPH
Elmarit-M 2,8/28 ASPH (with 6-bit code)

(some photographs here: http://www.adhocsound.be/?page_id=21 ).

I wonder if it could be possible to add to the menu of the M8, the possibility to choose thru a list of Leica-M lenses the "default" settingfor the M8 for one particular lens.
That could avoid the need to send all the lenses back to SOLMS to be 6-bit coded.

The M8 could easyly recognize the coded or non coded lenses and adapt from one lens to default.
In my case, I would send back only one of my non-coded lenses.

What do you think?

Many thanks for your attention.



A suivre...


Phil VDD a écrit :
J'ai reçu une réponse à ma question à propos du fait d'ajouter des options de menu pour le M8 qui permettraient de choisir une optique non codée par défaut.

La réponse est décevante...

citation :
20. Juni 2008/
Ulrich Deiß / Infoservice / Telefon 06442 208 - 111 / Telefax - 455 / info@leica-camera.com

Dear Mr. Vandendriessche,
Thanks for your interest in the Leica system and for your idea.

We don't prefer that way of "identification the M-lenses, because it is to dangerous to forget the right setting and in that case the pics will have a real bad quality.

Thanks you for your understanding.
Mit freundlichen Gruessen / kind regards


i. A. Ulrich Deiß
Leica Camera AG / Informationsservice /
Oskar-Barnack-Straße 11 / D-35606 Solms /
www.leica-camera.com / info2@leica-camera.com /
Telefon +49 (0) 6442-208-111 / Telefax 49 (0) 6442-208-339



Mais peut-être que si nous étions nombreux à le demander...

Quelqu'un a-t-il essayé pour plusieurs objectifs avec le bon codage et avec un mauvais codage, de voir ce que ça donne?


Excellente idée, ce choix par le menu !

Leur argument tombe complètement à l'eau si on modifie un peu la demande comme suit :

* Si l'appareil détecte un objectif codé, il prend en compte le code de l'objectif ;
* s'il détecte un objectif non codé, il se met automatiquement sur une page de sélection de l'objectif en présentant à l'utilisateur la liste de tous les objectifs "codables", en affichant en tête de liste le dernier objectif sélectionné. L'utilisateur
- soit confirme la dernière sélection
- soit sélectionne un autre objectif dans la liste
- soit sort du menu sans faire de sélection s'il a monté sur l'appareil un objectif "non codable".

Ainsi, pas de risque de sélectionner par défaut un réglage inapproprié, tout en conservant ergonomie et économie...

Ceci dit, je suis persuadé qu'ils ne veulent pas se priver des revenus générés par le codage des objectifs, et par ailleurs, je pense aussi qu'il n'est pas totalement rationnel d'acheter des appareils et des objectifs très chers (comparés aux appareils et objectifs d'autres marques) et de vouloir faire des économies sur un codage (ça ressemblerait à un propriétaire de Ferrari qui se plaint d'une consommation excessive)...
par Ziman
jeudi 17 juillet 2008 - 18:12
 
Forum: Leica M : objectifs
Sujet: Codage Objectifs
Réponses: 38
Vus: 9252

Aller au message

EricBascoulDIDO a écrit :
j'ai été surpris "en bien", comme dirait un Summiluxien des montagnes :wink:


Dans les montagnes on dit : "déçu en bien" !
par Ziman
samedi 30 septembre 2006 - 18:52
 
Forum: Leica M : boîtiers
Sujet: Informations officielles sur le M8
Réponses: 256
Vus: 78639

Aller au message

Le musée Schlumpf est superbe. Mais ce qui me fait mal au coeur, c'est de voir toutes ces voitures qui ne roulent plus. En devenant des animaux empaillés dans un musée, elles ont perdu leur âme :cry:.

C'est comme ces Leica :leica: qui ne sortent jamais des vitrines des collectionneurs .

-> ICI, un témoignage rare de la renaissance d'une Royale.
par Ziman
jeudi 29 juin 2006 - 22:15
 
Forum: Divers (photos)
Sujet: Bugatti
Réponses: 94
Vus: 24326

Re: royale

alain.besancon a écrit :
Il n'y a pas une mais 3 Royales:
- le célèbre coupé Napoléon à toit vitré, propriété personnelle de Ettore
- une conduite intérieure ... désolé j'ai oublié le nom (Darlmat ???)
- et "la" fameuse 7° longtemps perdue, le splendide coupé Ender (de mémoire, je ne suis pas sûr du mot) .... en fait il fut prouvé que c'était une fausse que les frères Schlumpf étaient en train de se faire construire

Les spécialistes disent que ce faux modèle n'a pas la pureté de ligne, la fluidité des ailes qui rappelle en plus grand le roadster 55 ... mais nul ne sait ce qu'est devenu cet original.


Aïe, aïe, aïe ! L'histoire des Type 41 "Royale" est maintenant bien connue, alors allons-y :

Bugatti a construit 7 Royale :

* 1 prototype

Moteur : 8 cyl. en ligne de 14,7 litres (A x C : 125 x 150 mm)
Châssis : empattement 4,60 m
Ce prototype portait le n° 41.100 et a porté 4 carrosseries successives :
- torpédo (carrosserie récupérée sur une Packard)
- coupé fiacre (par Ettore Bugatti)
- berline de style hippomobile (par Ettore Bugatti)
- coach (par Weyman)

Le proto a été détruit au cours d'un accident (Ettore Bugatti était au volant).

* 6 voitures de série

Moteur :
8 cyl. en ligne
12,763 litres (A x C : 125 x 130 mm)
1 ACT ; 3 soupapes par cylindre
1 seul carburateur, construit par Bugatti sur mesure pour son moteur
Pas de compresseur
Puissance estimée : 300 ch à 1700 tr/min
Ce moteur était similaire au moteur des Type 35 "Grand Prix" (à l'exception de sa cylindrée hors normes...).
Châssis : empattement 4,26 m

Le 1er châssis de série portait le même n° que le prototype, ce qui a provoqué une certaine confusion chez les historiens de La Marque.

Correspondance des châssis et des carrosseries :
- 41.100 coupé de ville (un chef d'œuvre signé Jean Bugatti)
Cette voiture, le "coupé du Patron", était la voiture personnelle d'Ettore Bugatti. Il est aussi connu sous le nom de coupé Napoléon.
- 41.111 roadster Esders (un autre chef d'œuvre de Jean Bugatti)
Le 2e propriétaire du châssis 41.111 a fait démonter la sublime carrosserie de Jean Bugatti pour la faire remplacer par une mauvaise copie du coupé du Patron exécutée par le carrossier Binder.
Après avoir déposé le roadster, Binder l'a conservé dans ses ateliers ; ce chef d'œuvre a malheureusement été détruit pendant ou juste après la guerre.
- 41.121 cabriolet (par Weinberger)
- 41.131 limousine (par Park Ward)
- 41.141 coach (par Kellner)
- 41.150 double berline style hippomobile (par EB)

Elles existent toujours. Le coupé Napoléon et la limousine Park Ward sont visibles au musée Schlumpf à Mulhouse.

La reconstruction du roadster Esders, ou 8e Royale

Les frères Schlumpf ont entrepris de reconstruire le roadster Esders à partir d'un châssis authentique faisant partie des pièces qu'ils avaient achetées après la fermeture des usines Bugatti et d'un moteur d'autorail Bugatti (les autorails Bugatti étaient motorisés par des moteurs de Royale légèrement modifiés). De l'avis des experts, la carrosserie, par ailleurs inachevée, n'était pas conforme au dessin de Jean.

Après la nationalisation du musée Schlumpf, la reconstruction du roadster a été reprise et une nouvelle carrosserie a été refaite par des compagnons d'après les dessins de Jean et selon les techniques de l'époque. Cette reconstruction du roadster Esders, bien que ne sortant pas des ateliers Bugatti, est digne de La Marque.

Petite anecdote concernant le roadster Esders : Armand Esders ne conduisait jamais la nuit et il avait donc demandé à Bugatti de lui livrer sa Royale sans phares, et c'est toujours ainsi qu'elle apparaît sur les photos d'époque. La reconstruction exposée au musée Schlumpf est parfois présentée avec des phares. Il ne s'agit pas d'une erreur : Bugatti avait effectivement équipé le roadster Esders de phares, mais ceux-ci étaient amovibles (Bugatti avait même fourni un coffret pour les ranger une fois démontés) car il arrivait que le chauffeur d'Esders doive ramener la voiture de nuit pendant que son patron rentrait en train...
par Ziman
jeudi 29 juin 2006 - 19:31
 
Forum: Divers (photos)
Sujet: Bugatti
Réponses: 94
Vus: 24326

Re: Fête de la musique 2006

Filament a écrit :
(11)


J'ai toujours entendu dire que l'oeil était attiré vers ce qui se trouve aux 2/3 de l'image. On m'aurait menti :?:



par Ziman
mardi 27 juin 2006 - 18:15
 
Forum: Divers (photos)
Sujet: Fête de la musique 2006 [Rajout de 2007] [Rajout de 2008]
Réponses: 32
Vus: 8853

Aller au message

Et voici le bloc moteur à double arbre de la T59, une pièce magnifique qui témoigne de l'habileté des fondeurs de Molsheim...





Admirez aussi l'essieu Bugatti forgé d'une seule pièce, creux, de section dégressive du centre vers les extrémités, et traversé par les ressorts à lames de la suspension (Bugatti et Leica : 2 chefs d'oeuvre de la mécanique faits de la main de l'homme sans aucun compromis !) :



note : La provenance de ces images m'est inconnue ; si elles sont protégées par un copyright, merci de me le signaler afin que je les supprime le cas échéant. I don't know the origin of these pics. In case they were copyrighted, please let me know and I will delete them. No offence intended !
par Ziman
dimanche 25 juin 2006 - 23:33
 
Forum: Divers (photos)
Sujet: Bugatti
Réponses: 94
Vus: 24326

Re: Arbre à came

Jean D. a écrit :
Le "haut du moteur" évoqué par Laurent constitue le boîtier de distribution contenant l’arbre à came (simple ou double).


Tout à fait : la culasse ne se démonte pas !



Et voilà un 4 cylindres Type 37A avec son compresseur :



nota bene : le compresseur de la 4 cyl. 37A est plus petit que celui des 8 cyl. 35C et 35B...
par Ziman
dimanche 25 juin 2006 - 23:01
 
Forum: Divers (photos)
Sujet: Bugatti
Réponses: 94
Vus: 24326

Re: Au pays des aveugles, les borgnes sont rois...

Laurent A a écrit :
C'est peut-être une question un peu neu-neu :? :oops: Mais comment peut-on faire un culasse fixe ? Comment accéder aux soupapes et à la distribution ? :question: :question:


Je confirme : la culasse et le bloc moteur venaient de fonderie en 1 seule pièce (en fait, le moteur se composait de 2 ensembles bloc/culasse de 4 cylindres chacun, juxtaposés sur un carter de vilebrequin commun). Cette disposition, qui n'était d'ailleurs pas spécifique à Bugatti puisque on la retrouve sur les moteurs de course Alfa Romeo, n'empêche en rien le montage de la distribution : les soupapes sont introduites par en-dessous, et l'ACT par au-dessus.

Pour info : la "bible" pour les T35 est "Grand Prix Bugatti" par H.G. Conway (la dernière édition date de 2004, et il est possible de la commander directement chez l'éditeur Bugatti Trust).
par Ziman
dimanche 25 juin 2006 - 20:26
 
Forum: Divers (photos)
Sujet: Bugatti
Réponses: 94
Vus: 24326

Re: additif

alain.besancon a écrit :
Très difficilede s'y retrouver dans la dénomination des Bug: je crois comprendre que les quelques 35 moteur 1500 sans compresseur ont donné naissance à une partie de la lignée 37 puisque certaines 37 avaient un compresseur ...... Aspirine, SVP :lol:

Alain


oui, et le souci d'authenticité est relativement récent...

Du fait justement que tous ces modèles avaient le même châssis et la même carrosserie, le jeu de "mécano" était très facile et a été (est ?) largement pratiqué : montage de roues en alliage de 35 sur les 37, récupération de moteurs 8 cyl. de voitures accidentées en course pour transformer des 37 en 35, ajout de compresseur, reconstruction de voitures avec des pièces provenant de différents modèles, etc...

Bref, aujourd'hui, sauf exception, il est quasi impossible de retracer l'historique détaillé de chaque 35...

Et ces pratiques ne sont pas récentes, puisque elles datent déjà de l'époque où ces voitures étaient utilisées pour courir.

Un exemple célèbre est la 35/51 de Louis Trintignant (frère de Maurice) : c'est la T35C châssis n° 4941 avec le moteur 2,3 à double ACT récupéré sur la T51 châssis n°51128 accidentée. Quand cette dernière a été restaurée, elle n'avait plus son moteur (puisque il avait monté sur la 35C, vous suivez toujours ?) ...alors elle a reçu le moteur 2,0 l à simple arbre de la 35C qui avait été mis de côté lors de la transformation de la susdite 35...

Bon, moi aussi je sors pour aller prendre une aspirine...
par Ziman
vendredi 23 juin 2006 - 18:48
 
Forum: Divers (photos)
Sujet: Bugatti
Réponses: 94
Vus: 24326

Re: ah!

alain.besancon a écrit :
Zut, je m'étais fourré dans la tête, probablement à tort, que l'une des 2 (et ???) n'avait pas de compresseur et ??? (encore moins sûr de moi), un moteur plus petit d'environ 1500cc.
Tu ne m'as pas répondu sur mon 1° message: ce très rare coupé Atlantic, il venait d'où? Je crois qu'il n'y en a aucun en France et l'un des 2 ou 3 subsistants sur les 3 fut modifié dans les années 60 pour son nouvel acquéreur: vitres avec déflecteur triangulaire, disparition du carter cachant les roues arrières, à mon sens plus esthétique mais trahison totale de Jean Bugetti et des concepts aérodynamiques de l'époque qui carrénaient volontiers les roues arrières pour diminuer la traînée dans l'air .... Il faut dire que la bête pouvait frôler les 200 Km/h ...

Alain
En 39 je crois, un "tanck" Bugatti 57 SC gagne les 24 H du Mans et Jean Bugatti venait de se tuer à son volant en surveillant sa mise au point ...


Ca vient, ça vient... (seraient pas des fois un tantinet impatients, certains Summiluxiens?)

Tu es bien renseigné : Bugatti n'a effectivement construit que 3 Atlantic. Celle de mes photos est un authentique châssis 57S mais la carrosserie est une reconstruction faite très soigneusement (structure en bois et panneaux en aluminium) par Eric Koux, bien connu dans le milieu des bugattistes...

Celle qui avait été modifiée est la n° 57374 ; son propriétaire actuel, Peter D. Williamson l'a fait remettre dans son état d'origine ; elle a gagné le concours de Pebble Beech en 2003.

Bugatti a gagné les 24H du Mans en 1937 avec un "tank" 57G (moteur 57S, donc sans compresseur), puis en en 1939 avec un nouveau tank 57C. Elles pouvaient atteindre 225 km/h. Les 24H ont été couvertes à une moyenne de 140 kh/h (arrêts compris).

La voiture de Grand Prix de Bugatti a été déclinée en plusieurs variantes :

Type 35 : moteur 8 cylindres 1 ACT 3s/cyl. 2,0 l, cylindrée admise en Grand Prix (équivalent de la Formule 1 de l’époque) (AxC : 60x88) ; reconnaissables à leurs roues en alliage en 2 parties

T35C = T35 à compresseur ; reconnaissables au trou sur le côté droit du capot correspondant au clapet de décharge du compresseur

T35T variante de la T35 pour la Targa Florio : cylindrée 2,3 l (60x100)

T35B = T35T à compresseur

T39 = version 1,5 l de la T35 (8 cylindres, AxC=60x66) pour courir en catégorie voiturette (équivalent de la Formule 2)

T39A = T39 à compresseur

T37 : moteur 4 cylindres 1,5 l (AxC : 69x100, comme les Brescia) ; reconnaissables à leurs roues à rayons

T37A = T37 à compresseur

T51 : nouveau moteur à double ACT, 2,3 l à compresseur ; reconnaissables au clapet de décharge du compresseur placé plus bas sur la capot en raison de la forme en V de la culasse du moteur double arbre, à la position excentrée de la magnéto sur le tableau de bord (pour la même raison) et à leurs roues en alliage coulée en une seule partie

Enfin, il existait une T35A, version simplifiée, pour le client qui voulait une 35 moins chère ; elle avait un vilebrequin sur 3 paliers au lieu de 5, et un taux de compression plus bas. Surnommée TECLA (une marque de bijoux d’imitation…), elle n’avait pas les performances de la vraie voiture de course , mais elle était plus fiable. Roues à rayon.
par Ziman
vendredi 23 juin 2006 - 17:31
 
Forum: Divers (photos)
Sujet: Bugatti
Réponses: 94
Vus: 24326

Re: détail

alain.besancon a écrit :
Juste un détail, mais je ne suis pas sûr de mon coup: la 35 à compresseur c'est une "B" ou une "C" ??? Je me plante régulièrement entre les 2 ... :oops:

A ma connaissance, il est impossible de les distinguer par leur apparence extérieure : la seule différence, c'est un vilebrequin avec une course de 88 mm (2,0 l) pour la 35C et de 100 mm (2,3 l) pour la 35B.

J'ai pas mal hésité avant de poster des photos, car la lumière était vraiment difficile en Gaume
en ce 1er Mai : c'est simple, y'en avait pas !!!

Alors juste pour le plaisir, en voici encore quelques unes :

Pour jpalbe, qui voulait le saute-vent de la 35 dans le cadrage (sont exigeants, ces Summiluxiens !) :



"Tu traverses la route pour qu'on fasse un peu la conversation ?", dit la 57S Atlantique à la 43 :




"Tu veux pas traverser ?"



"Bon, alors je vais bavarder avec ma copine la 57 Stelvio !" :



On voit bien la différence entre le châssis "normal" de la Type 57 et le châssis surbaissé avec radiateur en "coupe-vent" de la Type 57S.
par Ziman
vendredi 23 juin 2006 - 16:21
 
Forum: Divers (photos)
Sujet: Bugatti
Réponses: 94
Vus: 24326

Aller au message

jpalbe a écrit :
JJB a écrit :
J'aime beaucoup le cadrage de la photo 4


Oui, dommage que le saute-vent ne soit pas entré dans le cadre.


Une sortie en Bugatti attire toujours beaucoup de curieux, et parmi ceux-ci on trouve souvent des amateurs qui les connaissent très bien même s'ils n'en possèdent pas (dans les années 50, on pouvait en trouver quasiment pour le poids de la ferraille, aujourd'hui, c'est un autre histoire...).

Dans ce genre de manifestation, c'est souvent difficile de trouver le bon cadrage :

par Ziman
vendredi 23 juin 2006 - 15:35
 
Forum: Divers (photos)
Sujet: Bugatti
Réponses: 94
Vus: 24326

Bugatti

Rouler en Bugatti, c'est un peu comme faire des photos avec un Leica I
(enfin, je suppose, je n'ai jamais fait de photos avec un Leica I...) :

Bugatti Type 43, 8 cylindres en ligne 2,3 litres à compresseur, 1928 :



Ces photos ont été prises lors de la sortie du club Bugatti de France en Gaume le 1er mai 2006.
La Gaume, c'est une petite région du sud de la Belgique, tout près de la frontière française.

Ce jour-là, la lumière n'y était vraiment pas :

A bord de la Type 57S Atlantique (avec toute mon admiration pour la passion des participants à cette sortie
qui ont roulé sous la pluie et la neige dans leurs Type 35 découvertes) :





Le moteur 8 cylindres en ligne à compresseur de la Type 35B




Ambiance sur la place Baudouin, à Arlon, à 10h du matin :





par Ziman
vendredi 23 juin 2006 - 11:34
 
Forum: Divers (photos)
Sujet: Bugatti
Réponses: 94
Vus: 24326

Re: macro au 35/70

jacquesm a écrit :


Impressionnante, la tête de cette abeille. On dirait une sorte d'abeille-garou...
par Ziman
vendredi 23 juin 2006 - 10:39
 
Forum: Macrophotographie
Sujet: macro au 35/70
Réponses: 10
Vus: 5854
Suivante

Revenir à la recherche avancée