Accueil Documentations LEICA

 

Les cadres du M
par Jean D.

je vous propose trois illustrations glanées sur le Net, assorties de commentaires personnels, concernant les deux types de viseur du Leica "M" : celui du M3 et celui de tous les autres "M"...

Les deux schémas optiques sont très différents ; celui du viseur du Leica M3 a été très largement modifié lors de la conception du viseur du Leica M2 (dont dérivent ceux de tous les autres "M"), afin de pouvoir élargir l'angle de visée au champ des objectifs de 35 mm de distance focale (puis de 28 mm).

1) Le viseur du Leica M3



Remarquer, sur ce schéma en "3 D" du viseur du Leica M3 :


  • A l'avant les trois fenêtres, de gauche à droite :
    - la fenêtre de visée.
    - la fenêtre d'illumination des cadres (lame à faces parallèles, dépolie sur sa face interne).
    - la fenêtre du télémètre.
  • A l'arrière, l'oculaire.
  • Devant l'oculaire, le prisme diviseur.
  • Trois lignes colorées symbolisent le trajet optique de trois images qui se fondent en une seule dans le prisme diviseur : l'image de visée (ligne rouge), l'image du cadre collimaté (ligne jaune) et l'image télémétrique (autre ligne rouge).
  • Les cadres et le système qui permet leur sélection sont clairement figurés.
  • Plusieurs éléments optiques (prismes et lentilles) conduisent l'image du cadre sélectionné et l'image télémétrique vers le prisme diviseur. Ces deux images se déplacent simultanément en fonction de la distance de la mise au point, ce qui permet respectivement la correction automatique de la parallaxe et le réglage de cette mise au point par coïncidence de l'image de visée avec l'image télémétrique ; ces deux déplacements (flèches bleues) sont provoqués par le pivotement du bras terminé par le galet tournant le long du profil de la came cylindrique de mise au point dont chaque objectif est pourvu (ces pièces mécaniques ne sont pas représentées sur cette illustration).
  • Noter particulièrement que le plan des cadres du Leica M3 est parallèle à leur fenêtre d'illumination ; les cadres et le système qui permet leur sélection sont situés dans l'axe, derrière cette fenêtre, qui les éclaire directement.


2) Le viseur de tous les autres Leica "M" (M2 à M7)





Remarquer, sur ces deux schémas en "3 D" du viseur de tous les autres Leica "M" (en l'occurrence il s'agit de ceux du M2 et du M6), que le trajet optique commun de l'image du cadre sélectionné et de l'image télémétrique vers le prisme diviseur n'est pas le même (ce trajet paraît simplifié et est "oblique", alors que chez le Leica M3 il se révèle plus complexe et s'avère "pluri-orthogonal") ; remarquer également que les éléments optiques décrits ci-dessus dans le cas du M3 se retrouvent, mais que certains ne sont pas disposés de la même façon et qu'il en existe un supplémentaire.

  • Noter particulièrement que le plan des cadres de tous les autres Leica "M" n'est pas parallèle à leur fenêtre d'illumination, mais qu'il fait au contraire avec elle un angle très important ; les cadres et le système qui permet leur sélection ne sont pas situés dans l'axe de cette fenêtre, qui ne les éclaire pas directement.
  • Un miroir - qui n'existe pas dans le viseur du Leica M3 - renvoie la lumière transmise par la fenêtre d'illumination vers les cadres et le système qui permet leur sélection. Ce miroir est perforé en son centre, afin de ne pas interrompre le trajet de l'image télémétrique.
  • Ce miroir est plan sur les Leica M2, M4, M5 et M4-2 ; il est "courbe" à partir du Leica M4-P, afin de pouvoir élargir l'aire éclairée au cadre de 28 mm (ce miroir "courbe" est en fait probablement légèrement divergent).
  • Afin de diriger la lumière vers ce miroir, la fenêtre d'illumination des cadres n'est pas une lame à faces parallèles, comme celle du Leica M3, mais un prisme, dépoli sur sa face interne. Plus précisément, il s'agit d'un ensemble de prismes parallèles verticaux, accolés en "toit d'usine" (dispositif destiné à réduire l'encombrement, reposant sur le principe de la lentille de Fresnel) ; ce "toit d'usine" comporte 7 prismes dans le cas du Leica M2 et 10 dans le cas du Leica M6.


Je termine en abordant à nouveau le fameux phénomène du "flare", dont il est question sur ce fil, qui comporte un témoignage d'Alain Besanšon... du "vécu" ! icon_wink.gif
Il s'agit de l'évanouissement inopiné de l'image rectangulaire fournie par le télémètre, cette image devenant blanchâtre quand les conditions de l'éclairage sont défavorables (important flux lumineux parvenant latéralement). Le "flare" n'existe pas chez le Leica M3 (en raison de sa conception), il n'est sensible sur les autres boîtiers "M" qu'à partir du Leica M4-P, vraisemblablement en raison de la modification du miroir, qui a induit ce défaut survenant occasionnellement. Le "flare" apparaît lorsque l'œil s'écarte légèrement de l'axe optique du viseur : l'image télémétrique ne lui parvient alors plus (ou ne lui parvient que partiellement), remplacée (ou partiellement remplacée) par une image totalement floue, réfléchie par le "bord central" du miroir (c'est-à-dire réfléchie par la proximité de sa perforation centrale) ; une importante luminosité latérale révèle ou amplifie ce gênant phénomène. La tendance au "flare" est d'autant plus prononcée que le grandissement du viseur est élevé (elle est donc maximale avec un viseur x 0,85).
Leica Camera annonce que le fameux "flare" serait dorénavant éradiqué, le problème ayant été enfin résolu dans le "nouveau" Leica MP, et la solution bénéficiant au M7 : le traitement anti-reflets dont sont revêtues toutes les surfaces optiques des viseurs de ces appareils concourt à l'atténuation du "flare", et de plus la "courbure" du miroir a été modifiée et une sorte de "condenseur de lumière" a été ajouté.

Origine des trois schémas :
Leica M3 et M6 : Ernst Leitz
Leica M2 : Erwin Puts